Rapport sur la situation intérieure

La politique menée au cours de l'année écoulée par le tandem Chirac-Raffarin a illustré l'inanité des propos de ceux qui prétendaient que Chirac serait bien obligé de tenir compte du fait qu'il a été élu grâce au soutien des partis de l'ex-gauche plurielle - ce qu'ils appelaient le "Front républicain" - et, grâce à cela, par les quatre cinquièmes de l'électorat. Bien au contraire, comme c'était prévisible, les 80 % des suffrages qui se sont portés sur lui au deuxième tour ont facilité sa tâche pour engager, sur tous les terrains, une offensive générale contre le monde du travail, visant à réduire la part salariale du revenu national, au profit des classes possédantes.

De ce fait, le niveau de vie de la grande masse des salariés n'a cessé de se dégrader ; non seulement à cause du blocage de fait des salaires, alors que l'inflation continue lentement mais inexorablement d'augmenter, mais aussi à cause des conséquences des licenciements, de la multiplication des emplois précaires et des temps partiels imposés, tous facteurs qui diminuent la part des salariés.

À ces phénomènes, il faut ajouter l'évolution de la fiscalité qui favorise les hauts revenus et lèse les plus pauvres.

Les 3 % de baisse de l'impôt sur le revenu ne représentent quasiment rien pour les travailleurs. Mais cette baisse constitue un cadeau royal pour les hauts revenus. Et, parallèlement à cela, l'augmentation des impôts locaux frappe proportionnellement bien plus durement les bas revenus (y compris les plus petits) que les plus hauts revenus.

Sous le nom de "réforme", le gouvernement mène une politique de régression dans le domaine social. Après que Balladur eut en son temps porté à 40 ans dans le privé la durée de cotisation nécessaire pour pouvoir prétendre à une retraite à taux plein (mesure que la "gauche plurielle" au gouvernement de 1997 à 2002 s'est bien gardée de rapporter), Raffarin, au nom de l'équité, a étendu cette mesure à la fonction publique, en même temps qu'il planifiait de nouveaux allongements pour tous de la durée de cotisation nécessaire.

Dans un contexte marqué par l'augmentation du nombre de chômeurs, en passe d'atteindre officiellement 10 % de la population active, tous les discours sur la prétendue nécessité de travailler plus ne sont qu'hypocrisie. Les grandes entreprises ne conserveront pas, tant qu'il y a du chômage, des salariés usés par des dizaines d'années d'exploitation. Le recul de l'âge de la retraite ne fera qu'augmenter le nombre de chômeurs.

Mais pour le patronat comme pour l'État, cela se traduira par des économies sur le dos des travailleurs âgés qui, n'ayant pas le nombre d'annuités voulu, termineront leur vie avec des retraites ou des subsides misérables, ou bien en s'exténuant dans des emplois sous-payés. Tout cela fera peser encore plus la crainte du chômage sur l'ensemble des travailleurs.

La décision de limiter à deux ans le versement de l'Allocation de solidarité spécifique, versée aux chômeurs en fin de droits, va évidemment dans le même sens. Ce ne sont même pas les économies immédiates qui sont recherchées, car le remplacement de l'ASS par le RMI ne représentera pas grand chose pour les finances publiques. Mais cela contribuera à amputer les retraites des travailleurs concernés, car les années de RMI ne sont pas prises en compte pour le calcul de la retraite. Et il s'agit en même temps de flatter la partie la plus réactionnaire de l'électorat de droite en stigmatisant les chômeurs, présentés comme des fainéants profitant des aides sociales.

Officiellement, la "réforme" de la Sécurité sociale n'a pas encore été engagée. Mais les mesures d'ores et déjà prises concernant l'augmentation du forfait hospitalier, le déremboursement total ou partiel de nombreuses spécialités pharmaceutiques, montrent qu'il s'agit de faire supporter de plus en plus de dépenses de santé aux mutuelles, c'est-à-dire en fait aux assurés. Pour les plus aisés, ce ne sera pas un gros problème, mais les autres seront contraints de renoncer à cotiser à une assurance complémentaire. La conséquence, c'est qu'une fraction grandissante de la population laborieuse se verra dans l'impossibilité de se soigner, d'autant que l'industrie pharmaceutique double, voire triple, immédiatement, le prix des médicaments non remboursés.

Les conséquences de la canicule meurtrière du mois d'août ont d'ailleurs mis en évidence l'état de délabrement du système hospitalier : le manque criant d'effectifs, dans les hôpitaux comme dans les maisons de retraite ou les services sociaux, la fermeture de nombreux lits durant les mois d'été, la surcharge des services d'urgence, se sont traduits par plus de 15 000 morts supplémentaires, officiellement reconnus après que le gouvernement eut longtemps essayé de minimiser la catastrophe. Cette carence ne l'a d'ailleurs pas empêché de proclamer, sans honte, que la responsabilité de celle-ci incombait aux 35 heures appliquées aux hôpitaux.

Malgré les discours des politiciens de droite et des représentants du patronat sur les prétendus méfaits des 35 heures sur l'économie, le gouvernement n'envisage pas, semble-t-il, de supprimer une loi qui favorise autant sinon plus le patronat que les travailleurs, en accroissant dans de nombreuses entreprises la "flexibilité" du travail, en rendant possible l'annualisation des horaires, et donc en supprimant les majorations pour heures supplémentaires calculées sur la semaine, sans oublier les subventions sur les plus bas salaires. Ce que voudrait le patronat, c'est supprimer de cette loi tout ce qui avantage les travailleurs - tels les jours de RTT, présentés comme un encouragement à la paresse - mais garder tout ce que la loi lui consent comme privilèges. Si nous avons, en son temps, dénoncé le fait que les lois Aubry constituaient un véritable cadeau pour le patronat, nous devons tout aussi fermement condamner toutes les tentatives d'en évacuer ce qui est favorable aux travailleurs mais qui conserveraient les cadeaux au patronat.

Aussi réactionnaire qu'elle soit, la politique du gouvernement Raffarin s'inscrit dans la continuité de celle menée par les différents gouvernements qui se sont succédé depuis 1981, période où la gauche a été aux affaires pendant quinze ans (de 1981 à 1986, de 1988 à 1993 et de 1997 à 2002), dont huit ans avec des ministres communistes au gouvernement.

Cette gauche était fière alors d'avoir "réhabilité l'entreprise", et elle avait fait son héros du repreneur-licencieur Tapie. La seule véritable différence entre la gauche et la droite est qu'elles n'ont pas tout à fait le même langage parce qu'elles n'ont pas le même électorat, et que la gauche s'efforce de convaincre les masses populaires qu'elle agit pour leur bien, alors que la droite recherche ses appuis dans la fraction la plus réactionnaire de l'électorat.

Le Parti socialiste n'a d'autre perspective, s'il revient au gouvernement, que de reprendre la même politique qui lui a amené le désaveu de deux millions et demi de ses électeurs et il se garde bien de s'engager à supprimer toutes les mesures prises par Raffarin.

Le Parti communiste, qui a, de son côté, perdu un million et demi de voix, n'a pas d'autre choix qu'une nouvelle alliance électorale avec le PS, s'il veut bénéficier de quelques strapontins ministériels que le PS lui laisserait là où un ministre communiste pourrait le mieux tromper les travailleurs.

Peu de travailleurs se font d'ailleurs des illusions sur ce que la gauche pourrait faire de positif pour les classes populaires. Mais le caractère provocant de la politique menée par l'équipe Raffarin, Fillon, Mattei est le meilleur agent électoral du Parti socialiste, à tel point que ce dernier pourrait apparaître aux yeux de beaucoup de travailleurs comme "le moins pire". À moins qu'il se retournent, par rancoeur, vers le Front national.

Malgré ses succès électoraux de 2002, la majorité de droite est loin d'être d'une solidité à toute épreuve. Si le gouvernement a choisi de flatter ouvertement l'électorat bourgeois et petit-bourgeois, et d'avoir un langage méprisant envers la classe ouvrière, bien des élus de la majorité, en fonction des caractères propres de leur circonscription ou de leur région, n'ont pas envie d'afficher une solidarité sans faille avec la politique gouvernementale. La fronde larvée de nombre de députés de la majorité ne concerne pas que l'UDF et n'est pas que la conséquence des ambitions présidentielles réelles ou supposées d'un Bayrou.

Les idées réactionnaires ne sont pas en recul dans les milieux populaires, bien au contraire, comme l'attestent la persistance, voire la lente progression, depuis des années de l'électorat du Front national, y compris dans des quartiers ouvriers, et le développement des activités des groupes musulmans intégristes dans la population immigrée. Le Front national, concurrencé sur le terrain de l'insécurité par Sarkozy, a apparemment choisi de parfumer de "social" sa propagande nauséabonde sans, évidemment, s'en prendre si peu que ce soit au patronat, en embouchant, comme d'ordinaire, les trompettes du nationalisme, contre la concurrence des produits étrangers, avant tout européens, et de la main-d'oeuvre étrangère.

Les mouvements sociaux du printemps dernier, s'ils ont montré un fort mécontentement d'une partie des travailleurs et surtout des travailleurs de la fonction publique - enseignants, cheminots, EDF - n'ont cependant jamais échappé au contrôle des appareils syndicaux. Sans l'intervention des confédérations syndicales et, en particulier, de la CGT, ces mouvements n'auraient pas éclaté. Les "assemblées générales" des enseignants qui sont apparues dans certaines villes n'ont jamais été une réelle direction de rechange. D'ailleurs, certains gauchistes ne souhaitaient même pas que la direction du mouvement échappe aux syndicats enseignants.

II ne faut pas oublier que l'importance numérique des enseignants en mouvement est à mesurer en fonction d'un effectif total concerné de près d'un million de salariés. Même si de tels mouvements mettent en branle des dizaines de milliers, voire dans les sommets du mouvement, une ou deux centaines de milliers de manifestants, cela reste une minorité. Pendant le reste du temps et par établissement, tout au long de la grève il n'y avait qu'une fraction extrêmement faible de grévistes.

II est vrai que la CGT aurait pu ne pas arrêter la grève SNCF au lendemain du 13 mai. Mais rien ne dit que cette grève se serait étendue au pays car il n'y avait aucune extension de la grève dans les grandes entreprises privées et aucune revendication unificatrice pour l'ensemble des travailleurs.

Les confédérations syndicales CGT et FO ont seulement tenu à montrer qu'il fallait tenir compte de leur existence. La CFDT et la CGC se sont empressées de signer le texte du gouvernement, lui donnant ainsi la caution légale suffisante â défaut de caution morale, quitte à perdre dans l'opération une fraction non négligeable de leurs militants. Le gouvernement s'est empressé de légaliser cet "accord" seulement signé par deux des moins représentatives des confédérations syndicales, en considérant que le "dialogue social" avait été mené à son terme, ce qu'il répète encore. Et si la CGT, FO et la FSU ont continué à se poser en adversaires de la politique gouvernementale, elles n'avaient cependant pas d'autre perspective que d'être réinvitées à une négociation.

Il est vrai que la classe ouvrière et les travailleurs en général, trompés, déçus et trahis, s'enfoncent dans la démoralisation, conséquence de l'importance du chômage qui dure depuis des années. Conséquence aussi de la politique du gouvernement de gauche, politique qui a fermé la porte à tout espoir de changement réel car elle laissait croire qu'il n'y avait aucune alternative.

Cependant, si les grèves du printemps n'ont pas été plus profondes qu'elles l'ont été et ne se sont pas généralisées, elles ont quand même montré un fort degré de mécontentement de l'ensemble des travailleurs. Elles ont rencontré une très grande sympathie, dans tous les milieux. On a très peu entendu, voire pas du tout, de réflexions du genre : "les cheminots sont des favorisés", "d'ailleurs ils ne sont pas concernés puisque leurs retraites ne seront pas touchées" et "les enseignants sont des privilégiés".

Ce mécontentement existe toujours et la grève des enseignants, si elle se termine par un recul, comme tous les mouvements qui n'ont pas gagné, a laissé des traces positives.

Rien ne nous prouve qu'un mouvement plus important éclatera dans un avenir proche, mais le mécontentement dont nous parlons existe et il est très profond. Les attaques continuelles du gouvernement et du patronat et le cynisme avec lequel ils mènent ces attaques eux aussi laissent des traces positives dans les esprits. Aujourd'hui, les enseignants ont conscience de faire partie des travailleurs.

Bien qu'on ne puisse pas comparer les deux périodes sur un plan matériel, on retrouve dans la bouche de tous ces gens-là des arguments de la bourgeoisie au XIXe siècle, lors de l'industrialisation, face aux misérables chassés des campagnes par cette industrialisation et qui allaient vers les villes en espérant y trouver du travail et donc des conditions de vie plus favorables. L'État de la bourgeoisie, que ce soit en Angleterre, en France ou en Allemagne, faisait la chasse aux pauvres et aux misérables, et tous ceux qui n'avaient pas de travail, qui mendiaient, étaient pourchassés, condamnés, enfermés, voire à certaines époques mutilés car, évidemment, ceux qui ne travaillaient pas étaient "la lie de la terre" et il fallait les contraindre à travailler à n'importe quel prix et à n'importe quelles conditions.

Aujourd'hui, quand un ministre du Travail dit sereinement que s'il diminue la durée des indemnités de chômage, c'est pour le bien des travailleurs et les inciter à se réinsérer, les choses sont plus joliment dites, mais ce sont les mêmes idées et la même rapacité qui se cachent derrière.

Alors, il nous faut aider à la révolte de ce monde du travail qui risque de devenir "le peuple de l'abîme". Il faut que nous l'aidions à se défendre, à s'organiser, à s'instruire et à instruire les autres.

Le risque d'une explosion de colère, comme il s'en est produit au XIXe siècle et, plus près de nous, en 1947-1948, n'est peut-être pas évident, mais il est possible. Mais ce n'est pas cela qui est le plus souhaitable. Ce qui est souhaitable, c'est que les travailleurs entrent en lutte, mais pas n'importe comment. II faut qu'ils entrent en lutte de façon organisée, puissante et surtout consciente.

Recruter et former des militants communistes révolutionnaires qui soient liés aux préoccupations, aux aspirations du monde du travail, y compris de ses couches les plus exploitées, reste l'axe principal de notre activité. C'est ce que nous essayons de faire avec persévérance en militant et en tentant de recruter au sein de ces catégories sociales, sans tourner le dos à toutes les occasions pour faire largement connaître nos idées et notre programme et, aussi, d'en démontrer la valeur.

24 octobre 2003