Protocole d'accord Lutte Ouvrière-Ligue Communiste Révolutionnaire pour la présentation de listes communes aux élections régionales et européennes

Les représentants des directions respectives de Lutte Ouvrière et de la Ligue Communiste Révolutionnaire, mandatés pour établir les bases des listes communes Lutte Ouvrière-Ligue Communiste Révolutionnaire pour les élections régionales et européennes de 2004, se sont mis d'accord sur les grandes lignes des axes des campagnes et sur le cadre dans lequel celles-ci doivent se dérouler, sous réserve d'accord définitif des congrès respectifs des deux organisations.

Les deux organisations s'opposent à la politique dite de "réformes" du gouvernement qui est une politique d'agression contre les travailleurs. Dans la profession de foi et dans les interventions communes, elles entendent privilégier les points suivants :

Pour mettre fin aux drames individuels et collectifs que sont le chômage et la précarité, il faut imposer des mesures devant lesquelles les intérêts particuliers de la grande bourgeoisie doivent s'effacer. Il faut :

Enlever au patronat et aux financiers le pouvoir absolu qu'ils exercent sur l'économie. La condition en est la suppression des secrets bancaire et commercial, la transparence sur les comptes des entreprises, publiques comme privées, afin que chacun puisse y accéder et vérifier d'où vient l'argent et où il va.

Interdire les licenciements collectifs dans les entreprises qui font du profit sous peine de réquisition de ces entreprises.

Prendre sur les énormes profits du grand patronat pour créer les centaines de milliers d'emplois utiles qui font aujourd'hui défaut dans les services publics qu'il faut non seulement défendre mais étendre : les hôpitaux, l'Éducation nationale, les transports en commun, la poste, EDF-GDF, mais aussi pour construire des logements à loyer abordable, des maisons de retraite, des crèches et des garderies indispensables pour les femmes travailleuses, des installations collectives dans les quartiers populaires.

Rejeter les lois Raffarin-Fillon sur les retraites et toute atteinte à la Sécurité sociale.

En dehors de cet axe prioritaire et qui doit apparaître comme tel dans la profession de foi des régionales comme dans celle des européennes, les deux organisations mettent en avant également :

Un plan d'augmentation des salaires et de défense du pouvoir d'achat.

Le refus des lois sécuritaires de Sarkozy et l'égalité des droits entre femmes et hommes, travailleurs immigrés et français.

L'affirmation de la solidarité avec les luttes anti-impérialistes et la dénonciation de l'organisation capitaliste de l'économie à l'échelle du monde qui réduit à la misère des millions de personnes pour accumuler des richesses fantastiques entre les mains d'une minorité et qui provoque des dégâts irréparables sur l'environnement et la nature.

Quant aux élections européennes, outre les axes développés ci-dessus, nous exprimerons notre opposition à la politique des institutions européennes qui prolonge et complète celle des gouvernements nationaux et qui consiste à aider les grandes entreprises et à égaliser par le bas la législation du travail et les salaires.

Contre les souverainistes de droite et de gauche, nous affirmons que nous sommes partisans d'une Europe unifiée d'un bout à l'autre du continent, des États-Unis socialistes d'Europe, débarrassée des frontières comme de la dictature des groupes industriels et financiers. Nous nous opposons à l'Union européenne actuelle, faite dans l'intérêt du grand capital, à ses institutions, à ses lois, à sa Constitution en gestation, tout comme nous nous opposons aux institutions de la bourgeoisie française.

Les listes aux élections régionales et européennes seront des listes LCR et LO, intitulées "Ligue Communiste Révolutionnaire et Lutte Ouvrière" ou "Lutte Ouvrière et Ligue Communiste Révolutionnaire" en fonction des têtes de listes, sans aucune autre mention ni sous-titre. Les têtes de listes seront assurées par des responsables de nos deux organisations.

Dans le cas où des groupes ou des militants veulent rejoindre les listes communes Lutte Ouvrière-Ligue Communiste Révolutionnaire, ils pourront le faire s'ils acceptent le cadre fixé par le présent accord ainsi que l'intitulé des listes et le texte de la profession de foi commune.

Nos deux organisations décideront en commun, à l'échelle nationale, d'agréer ou non ces groupes et d'assurer leur participation sur les listes ou dans la campagne, sous réserve qu'ils approuvent les positions politiques développées dans la profession de foi, dans sa partie nationale comme dans les aménagements locaux.

La profession de foi nationale est rédigée par les délégations de nos deux organisations. Pour tenir compte de la situation de certaines régions, des aménagements locaux ou régionaux du texte national de la profession de foi peuvent être envisagés. Ces aménagements ne devront représenter qu'une fraction peu importante du texte national et seront discutés dans le cadre des rencontres entre nos deux délégations et décidés centralement.

Là où notre liste atteint les 10 % nécessaires pour se maintenir au deuxième tour, elle se maintient. La seule exception pourrait éventuellement être le cas où, compte tenu des rapports de forces exacts calculés d'après les scores du premier tour, il y a un risque que le FN prenne la direction de la région contre une liste de gauche. Le cas d'une liste de droite opposée à une liste du FN ne constitue pas un cas d'exception à la règle générale du maintien au deuxième tour, pas plus que n'en constituerait une liste dite de front républicain. L'appréciation de la situation et l'éventualité devront être discutées et décidées en commun au niveau national.

Lorsque notre liste n'atteint pas les 10 %, elle ne donne pas de consigne de vote.

Toute fusion de nos listes avec les listes de la gauche ou des Verts est exclue en toutes circonstances. Au cas où, dans le cas de figure ci-dessus, le FN pourrait l'emporter contre une liste de gauche, les deux directions discuteraient et décideraient en commun de l'éventualité d'appeler à voter pour une liste de gauche. Nos deux organisations mèneront cette campagne en respectant les critères d'égalité dans la répartition des régions et des têtes de listes, d'une part, pour les élections régionales, d'autre part, pour les élections européennes. Les financements de la campagne commune seront strictement partagés. Les apparitions dans le cadre des initiatives communes respecteront aussi ce principe d'égalité.

Deux projets de profession de foi, l'un pour les régionales, l'autre pour les européennes, sont joints au présent accord, étant entendu qu'ils pourront être modifiés en fonction de l'actualité, d'un commun accord, par les deux organisations.