La « modernisation » du Parti socialiste : l'art de faire du neuf avec du vieux

Ségolène Royal n'a même pas hésité à revenir sur ce qu'elle avait dit dans la campagne électorale, en déclarant qu'il fallait « remettre en cause un certain nombre de choses, par exemple le smic à 1500 euros (...) ou la généralisation des 35 heures ». Et il ne s'agissait pourtant que du montant du smic en 2012... valeur qu'il atteindra selon toute vraisemblance par la simple application des règles de calcul actuelles !

Le député-maire d'Évry, Manuel Valls, est l'un de ceux qui se sont le plus clairement exprimés sur ce que devrait être la « rénovation » du PS, en déclarant : « Une grande partie des idées de gauche se sont épuisées. Pour que le PS retrouve une crédibilité, il doit être porteur d'un projet vraiment différent ». Et pour que nul ne puisse se tromper sur la direction dans laquelle le PS devait évoluer, il a précisé : « Nous pouvons faire un bout de chemin avec la majorité » (c'est-à-dire avec l'UMP), en donnant, entre autres, comme exemple de terrain où un « consensus » serait possible, le « dossier de l'immigration ».

Comme on le voit, les dirigeants socialistes abondent dans le sens de leurs critiques de droite, qui pendant la campagne de l'élection présidentielle leur reprochaient leur « archaïsme », leur opposant les socialistes « modernes » que seraient d'après eux un Tony Blair ou un Gerhardt Schroeder, et de ne pas avoir fait leur « Bad Godesberg ».

Le mythe de Bad Godesberg

Le congrès de Bad Godesberg, en 1959, avait vu le Parti social-démocrate allemand rejeter toute référence au marxisme et à la lutte de classe. Mais pour y voir un virage fondamental dans l'histoire de ce parti, il faut tout ignorer de celle-ci. Depuis 1914, le ralliement à la défense nationale et la participation au dernier gouvernement impérial allemand, dirigé par le prince Max de Bad, en 1918, il y a longtemps que la lutte de classe n'est plus la boussole politique du SPD.

Le ralliement de la direction du SPD à l'ordre social capitaliste fut confirmé par le rôle qu'il joua dans la répression de la vague révolutionnaire de 1919 en Allemagne, sous la la haute autorité de Friedrich Ebert, président du parti, devenu chancelier (Premier ministre) du Reich, et sous la direction d'un autre dirigeant du SPD, Gustav Noske, ministre des Armées, celui qui disait : « II faut bien que quelqu'un fasse le chien sanglant, je n'ai pas peur des responsabilités ».

Ebert devait ensuite être président du Reich de 1919 à 1925. Un autre dirigeant du SPD, Hermann Müller, occupa de 1928 à 1930 le poste de chancelier. Il ne céda la place que lorsque l'Allemagne fut frappée par la crise économique qui devait aboutir à l'accession des nazis au pouvoir. Le SPD au pouvoir dans ces années 1919-1930 n'eut pas la moindre velléité de socialiser l'économie allemande.

Le congrès de Bad Godesberg en 1959 ne marqua donc pas le ralliement du SPD à l'économie de marché. Il ne fut que l'officialisation d'une mutation effectuée plus de quarante ans auparavant.

Depuis l'échec de Ségolène Royal à l'élection présidentielle, on ne cesse au sommet du Parti socialiste de parler de la nécessité d'une rénovation de celui-ci. Il est certes quelques individualités, comme Jean-Luc Mélenchon ou Marie-Noëlle Lienemann, pour se déclarer partisans d'un « ancrage à gauche », ou comme Fabius (qui incarna naguère la droite du PS) pour se poser en rassembleur de la gauche. Mais dans leur majorité, sans même parler de ceux qui ont succombé au charme des sirènes sarkozystes en acceptant ministères ou postes divers, les dirigeants du Parti socialiste tiennent des discours où il s'agit, d'après eux, d'adapter le Parti socialiste à notre époque, de se prononcer plus clairement pour l'économie de marché, d'emboîter plus ou moins discrètement le pas à Sarkozy en ce qui concerne les « réformes » dont il a proclamé la nécessité.

Réclamer du socialisme français qu'il fasse son « Bad Godesberg », c'est-à-dire qu'il rejette toute référence au marxisme, est d'autant plus dénué de sens qu'en France le Parti socialiste unifié (Section française de l'Internationale ouvrière - SFIO), tel qu'il est né en 1905 de la fusion des différents courants qui se revendiquaient du socialisme dans le pays, ne s'est jamais réclamé du marxisme. Il se définissait certes comme révolutionnaire, déclarant : « Par son but, son idéal, par les moyens qu'il emploie, le Parti socialiste, tout en poursuivant la réalisation des réformes immédiates revendiquées par la classe ouvrière, n'est pas un parti de réforme, mais un parti de lutte de classes et de révolution ». Cependant, si la déclaration de principe qu'il avait adoptée semblait pour l'essentiel s'aligner sur les positions de son aile marxiste (dirigée par Guesde et Lafargue), ce fut très vite Jaurès, qui avait soutenu Millerand six ans plus tôt lorsque celui-ci était devenu ministre dans le gouvernement Waldeck-Rousseau, qui donna le ton.

Le socialisme français et le marxisme de l'union sacrée au « Longuettisme »

Dix mois plus tard, en décembre, le congrès de Tours qui devait statuer sur l'adhésion ou non à la toute jeune Internationale communiste fut moins un affrontement avec les social-chauvins déclarés de 1914, les Renaudel et les Sembat, et les partisans de l'adhésion à l'IC, qu'entre ceux-ci et les longuettistes. Les chantres de l'union sacrée ne jouaient plus les premiers rôles, ou s'étaient reconvertis, comme Cachin, en partisans de l'adhésion à la nouvelle Internationale dans laquelle la base ouvrière du parti plaçait ses espoirs.

Le congrès de Tours ne fut donc pas, formellement, un affrontement entre révolutionnaires et réformistes, mais entre ceux qui acceptaient et ceux qui refusaient les « 21 conditions » d'adhésion à l'Internationale communiste, conditions qui définissaient il est vrai ce que devait être la politique des révolutionnaires. La minorité qui refusa ces 21 conditions, et qui représentait un quart des mandats, scissionna pour maintenir la SFIO.

De 1920 à 1940 : d'un réformisme camouflé au soutien majoritaire à Pétain

Mais de toute façon, la référence abstraite au marxisme n'aurait pas été plus une garantie de fidélité à l'internationalisme prolétarien qu'elle ne l'avait été en Allemagne. Et l'entrée dans ce qui allait devenir la Première Guerre mondiale, en août 1914, vit tous les courants de la SFIO sombrer dans le chauvinisme. On ne saura jamais ce qu'aurait fait Jaurès, assassiné trois jours avant l'ouverture des hostilités. Mais toutes les tendances de la SFIO se prononcèrent pour « l'Union sacrée ». Le « marxiste » Jules Guesde devint ministre au côté de l'ex-blanquiste, collaborateur de Jaurès, Marcel Sembat. Le Parti socialiste français participa aux gouvernements bourgeois qui se succédèrent durant la guerre jusqu'à la formation du gouvernement Clémenceau, en septembre 1917.

Durant toute la période qui suivit, le Parti socialiste ne remit pas en cause, formellement, la nécessité pour le prolétariat de conquérir le pouvoir. Il pratiquait une politique d'alliances électorales avec le parti bourgeois qu'était le Parti radical, formant avec celui-ci un « bloc des gauches », qui remporta les élections législatives de 1924 et celles de 1932. Mais dans les deux cas la SFIO s'en tint à la formule « soutien sans participation ». Léon Blum, leader incontesté du parti, n'écartait cependant pas la possibilité pour les socialistes d'être portés au pouvoir par une victoire électorale. Mais cet expert en casuistique distinguait la « conquête du pouvoir », acte révolutionnaire de la classe ouvrière renvoyé à un hypothétique avenir, et « l'exercice du pouvoir », par lequel une majorité parlementaire devrait s'efforcer, d'après lui, d'instaurer le maximum de justice sociale, mais dans le strict respect de la légalité bourgeoise. Et pour rassurer la bourgeoisie sur ses intentions, il précisait bien qu'il ne s'agissait pas de « commettre cette escroquerie qui consisterait à profiter de notre présence à l'intérieur du gouvernement pour transformer l'exercice du pouvoir en conquête du pouvoir ».

Parti le plus puissant en nombre de sièges au sein de la coalition de Front populaire après les élections de mai 1936, le Parti socialiste pouvait d'autant moins décliner cette fois la participation, et même la direction du gouvernement, que le déferlement des grèves ouvrières amena le président de la République, Albert Lebrun, à demander à Blum d'accélérer la transmission des pouvoirs, et d'annoncer immédiatement à la radio qu'il allait faire voter la loi des quarante heures et demander le relèvement des salaires. De la même façon, c'est à la demande de représentants du grand patronat que furent organisées les négociations qui donnèrent naissance aux « accords Matignon ». Blum se comporta non en partisan de réformes tendant à la socialisation des moyens de production, mais en « gérant loyal du capitalisme », selon sa propre expression. Et il déclara un jour avec satisfaction qu'en juin 1936 « dans la bourgeoisie, et en particulier dans le monde patronal, on me considérait, on m'attendait comme un sauveur ». Comme quoi ceux qui découvrent aujourd'hui que le Parti socialiste a sombré dans le « social-libéralisme » ont quelques décennies de retard.

Blum n'essaya même pas de modifier les institutions, et capitula honteusement devant l'opposition du Sénat, dès que la droite, une fois passée la grande peur de la bourgeoisie de juin 1936, eut décidé de mettre un terme à son gouvernement.

Cette première mutation de la SFIO, qui l'avait vue sombrer dans un soutien sans faille aux gouvernements qui faisaient leurs les buts de guerre de l'impérialisme français, fut suivie d'un retour progressif à une attitude d'opposition parlementaire. C'est que l'opposition à la guerre grandissait dans la classe ouvrière et dans le parti. Déjà, au congrès de décembre 1916, la direction sortante, qui soutenait sans réserve la politique de l'impérialisme français, ne l'avait emporté que de justesse (53 % des voix), face à un courant qui mêlait appui à la « défense nationale » et déclarations pacifistes, dirigé par Jean Longuet, et qui avait recueilli 37 % des voix. C'est que le rejet de la guerre impérialiste grandissait dans la population, et qu'un bon nombre de parlementaires, de dirigeants du parti, qui avaient jusque-là soutenu sans sourciller la politique guerrière de l'impérialisme français, ne voulaient pas se couper de leur base. Au rejet de la guerre s'ajoutèrent les espoirs soulevés dans les masses laborieuses par la révolution russe, qui amenèrent de nouveaux parlementaires et dirigeants à se rallier à l'opposition. Lors du conseil national de juillet 1918 et du congrès d'octobre, les « longuettistes » prirent le contrôle du parti. La faillite de la Deuxième internationale était flagrante pour la majorité de ceux qui étaient venus nombreux aux idées socialistes à la fin du conflit mondial. Le Parti socialiste avait plus que triplé ses adhérents entre 1919 et 1920. La nouvelle direction du Parti socialiste devait bien en tenir compte. En février 1920, le congrès de Strasbourg du Parti socialiste décida donc de se retirer de l'Internationale socialiste.

La fin de la législature ouverte par les élections de mai 1936 fut encore plus lamentable. Le gouvernement Pétain, formé le 16 juin 1940, comptait deux ministres socialistes, l'un au Travail, l'autre aux Colonies. Le 10 juillet 1940, 170 de ces parlementaires du Parti socialiste, dont on sous-entend aujourd'hui qu'il n'avait pas rompu avec le marxisme et la lutte de classe, sur les 206 présents à Vichy, votèrent les pleins pouvoirs à Pétain.

Suspendu par le régime de Vichy, le Parti socialiste n'eut guère d'existence militante dans l'Hexagone de 1940 à 1944. Mais quelques-uns de ses dirigeants rejoignirent de Gaulle, tel André Philip en 1942 ou Daniel Mayer en 1943. Le Parti socialiste fut représenté dans le Comité français de libération nationale qui faisait office de gouvernement provisoire à partir de juin 1943. Mais c'était un Parti socialiste dont la direction avait été largement rajeunie depuis 1940, car les parlementaires qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain en avaient été écartés.

Du tripartisme à la cinquième république

Le Parti socialiste, tel qu'il réapparut sur la scène politique française en 1944, mena au gouvernement, sur le plan économique et social, la même politique que ses alliés de gauche (le Parti communiste français) et de droite (le Mouvement républicain populaire), avec de Gaulle jusqu'en janvier 1946, sans lui après le retrait du général. Bien que lors de l'élection à l'Assemblée constituante, en octobre 1945, il ait obtenu avec le PCF la majorité absolue, il se garda bien, tout comme le PCF d'ailleurs, de réclamer la socialisation de tous les grands moyens de production. La politique des gouvernements auxquels les deux partis de gauche participèrent ensemble jusqu'en mai 1947, c'était de remettre en route l'économie française pour le plus grand profit du patronat. Et s'il y eut dans cette période de nombreuses nationalisations, voulues aussi par de Gaulle et le MRP, c'est parce que l'étatisation des sources d'énergie, le contrôle du crédit, étaient indispensables à ce redémarrage de l'économie.

Lorsque Ramadier, chef socialiste du gouvernement, eut congédié les ministres communistes en mai 1947, la SFIO partagea le pouvoir avec la droite jusqu'en 1951, partageant avec celle-ci la responsabilité d'une politique sociale réactionnaire, mais aussi de la politique menée dans les colonies françaises, de la guerre d'Indochine au trucage éhonté des élections de 1948 et de 1951 en Algérie, organisé par un gouverneur général socialiste, Edmond Naegelen.

Mais cette politique coûta cher au Parti socialiste sur le plan électoral : de 17,9 % des voix en 1946, il tomba à 13,91 % en 1951. De 1951 à 1956, il fit donc une cure d'opposition, d'autant plus nécessaire que cette législature vit se développer les premières attaques de la droite contre l'école laïque, destinées à permettre le financement des écoles confessionnelles par l'argent public. Cela fut fait avec le vote de la loi Barangé. Le Parti socialiste, en plus d'une politique sociale détestable, ne tenait à se mettre à dos ni l'électorat laïque, ni le corps enseignant dans lequel il recrutait une bonne partie de ses troupes.

Aux élections de 1956, le Parti socialiste ne progressa que faiblement (15 % des voix, +1,1 %). Mais après une campagne où il avait promis de mettre fin à la guerre d'Algérie, « une guerre imbécile et sans issue » avait déclaré son secrétaire général, Guy Mollet, ce maigre succès lui suffit pour revenir au gouvernement avec ses alliés du Front républicain. On sait comment, en fait de paix, il utilisa les pouvoirs spéciaux qu'il s'était fait voter par l'Assemblée nationale pour intensifier une guerre dans laquelle les exécutions sommaires et la torture furent pratiquées sur une large échelle, malgré les dénégations hypocrites de Guy Mollet. Le gouvernement Guy Mollet s'illustra aussi par l'expédition de Suez, contre l'Égypte qui venait de nationaliser le canal de Suez, et si ce gouvernement fut renversé en 1957, la SFIO participa aux deux gouvernements qui suivirent, occupant notamment, en la personne de Robert Lacoste, l'homme qui avait couvert les pires exactions des militaires, le poste de ministre résident en Algérie.

Après le coup de force du 13 mai 1958 à Alger, Guy Mollet fut de ceux qui s'ingénièrent à faciliter le retour au pouvoir de de Gaulle. Ministre d'État dans le gouvernement que celui-ci constitua en juin 1958, il participa à la rédaction de la nouvelle constitution. Sous son égide, le Parti socialiste se présenta aux élections législatives de novembre 1958 comme « l'avant-garde de la Cinquième République ». Mais il fut victime du mode de scrutin uninominal à deux tours qu'il avait contribué à instaurer, passant - avec un pourcentage de voix similaire - de 94 députés à 41.

Après l'élection de de Gaulle à la présidence de la République, le Parti socialiste ne fut plus représenté au gouvernement que par André Boulloche, ministre de l'Éducation nationale, qui démissionna quelques mois plus tard, en désaccord sur le renforcement de l'aide à l'enseignement privé institué en 1959 par la loi Debré.

De la tentative de « grande fédération » à la « Fédération de la gauche démocrate et socialiste »

La guerre d'Algérie terminée avec la signature des accords d'Évian, en février 1962, le passage de la SFIO à l'opposition à de Gaulle se fit plus net. Mais après les élections législatives de 1962, qui donnèrent la majorité absolue à la Chambre des députés à l'UNR (le nom d'alors du parti gaulliste), il était clair que, dans le cadre des nouvelles institutions, le Parti socialiste n'avait aucune chance de revenir un jour au gouvernement s'il ne nouait pas des alliances. Il avait passé des accords de désistements réciproques avec le PCF lors de ces élections. Mais dans les conditions de l'époque, un accord de gouvernement avec ce parti, qui pour Guy Mollet était « à l'Est et non à gauche », était inenvisageable. Ne restait donc que la possibilité d'accords avec des formations de la droite non-gaulliste.

La préparation de l'élection présidentielle de 1965 allait démontrer la difficulté d'une telle stratégie. Le maire socialiste de Marseille, Gaston Defferre, avait lancé sa candidature dès 1963. Il subordonna celle-ci à la réalisation d'une « grande fédération », regroupant avec le Parti socialiste les radicaux et le MRP. En ce qui concerne le Parti communiste, Defferre avait été très clair : « Je n'envisagerai pas de pourparlers avec le Parti communiste, je ne négocierai pas avec lui, je n'accepterai pas de programme commun ». Autrement dit, le PCF était invité à apporter les suffrages de ses électeurs, un point c'est tout. Mais il refusa d'entrer dans ce jeu-là, et un accord entre la SFIO et le MRP se heurtait une fois de plus au problème du financement de l'enseignement privé. La « grande fédération » mourut avant même d'avoir vu le jour, et Defferre renonça à sa candidature.

Ce fut l'occasion que choisit François Mitterrand pour faire son entrée dans la cour politique des grands. Ni le PCF ni le PS ne pouvaient rester absents de l'élection présidentielle. Mais aucune des deux formations ne pouvait espérer seule, non seulement la victoire, mais même une brillante défaite. Mitterrand avait l'avantage de n'appartenir à aucun des deux grands partis de gauche. Il avait de plus un passé de ministre dans nombre de gouvernements de droite de la Quatrième République susceptible de séduire une partie de l'électorat conservateur. Et d'un autre côté, comme il était l'un des rares hommes politiques un peu connus à avoir pris position contre la constitution gaulliste (qu'il qualifia un jour, avant de l'utiliser sans rien y changer, de « coup d'État permanent »), le PCF en avait fait le prototype du « démocrate sincère » avec lesquels il aspirait à collaborer. Mitterrand ne prit aucun engagement vis-à-vis du PCF, mais devint néanmoins le « candidat unique de la gauche ». Le fait qu'il fut le seul candidat en lice au deuxième tour face à de Gaulle (ce qui était une conséquence de la loi électorale), le fit encore plus apparaître comme le leader de toute la gauche.

La campagne électorale vit en même temps se former autour de lui une Fédération de la gauche démocrate et socialiste (FGDS) réunissant le Parti socialiste, le Parti radical et divers clubs, dont la Convention des institutions républicaines, la petite formation qu'il présidait.

Mais les événements de mai-juin 1968 furent fatals à la FGDS. Le Parti socialiste n'y joua aucun rôle notable. Mitterrand essaya de jouer sa propre carte en annonçant qu'il était candidat à la présidence de la République, alors que de Gaulle se préparait à faire sa déclaration : « Je ne démissionnerai pas. (...) Je dissous aujourd'hui même l'Assemblée nationale ». Les élections qui suivirent virent un net succès de la droite. La FGDS perdit 61 élus. Le crédit personnel de Mitterrand était atteint. Fin 1968, la FGDS avait vécu.

En 1969, après l'échec du référendum sur la régionalisation et la démission de de Gaulle, Defferre tenta de nouveau sa chance à l'élection présidentielle de juin, au nom de la SFIO, bien que Guy Mollet eût préféré que son parti appelle à voter dès le premier tour pour le centriste Poher, contre le gaulliste Pompidou. Le PCF présenta la candidature de Duclos, qui obtint 21,27 % des voix. Defferre ne réussit à réunir sur son nom que 5,1 % des suffrages. Cet échec était la preuve même que la politique d'alliance avec le PCF que préconisait Mitterrand était la seule qui pouvait ramener un jour le Parti socialiste au gouvernement. La SFIO avait décidément besoin d'une nouvelle mutation pour espérer revenir un jour au pouvoir.

Le « nouveau Parti socialiste » et le « Programme commun de la gauche »

Cette mutation s'amorça lors d'un congrès constitutif, tenu à Alfortville (mai 1969), où fut proclamée la naissance d'un « nouveau » Parti socialiste, et abandonnée la vieille appellation de SFIO. Deux mois plus tard, au congrès d'Issy-les-Moulineaux, Alain Savary devenait premier secrétaire du parti.

Mais c'est au congrès d'Épinay, en juin 1971, qu'eut lieu le virage décisif. La Convention des institutions républicaines, la petite formation de Mitterrand, y avait été invitée aux fins d'unification. Au terme d'une véritable OPA sur le Parti socialiste, le nouvel adhérent se fit élire dans le même temps premier secrétaire de celui-ci.

Mitterrand était convaincu que, dans le cadre des institutions de la Cinquième République, la gauche, et donc le Parti socialiste, ne reviendrait jamais au gouvernement si elle ne bénéficiait pas du renfort de l'électorat communiste. Parce qu'il avait été le « candidat commun de la gauche », soutenu par le PCF, en 1965, il pouvait se présenter comme l'homme le plus susceptible d'arracher au PCF un accord acceptable. Et pour plaire en outre à la jeune génération des militants issue de mai 1968, ceux du Parti socialiste comme ceux du Parti communiste, il n'hésita pas à utiliser un langage très radical dans la forme :« Réforme ou révolution ? J'ai envie de dire - qu'on ne m'accuse pas de démagogie, ce serait facile dans ce congrès - oui, révolution. Et je voudrais tout de suite préciser, parce que je ne veux pas mentir à ma pensée profonde, que pour moi, sans jouer sur les mots, la lutte de chaque jour pour la réforme catégorique des structures peut être de nature révolutionnaire.

Mais ce que je viens de dire pourrait être un alibi si je n'ajoutais pas une deuxième phrase : violente ou pacifique, la révolution c'est d'abord une rupture. Celui qui n'accepte pas la rupture - la méthode, cela passe ensuite -, celui qui ne consent pas à la rupture avec l'ordre établi, politique, cela va de soi, c'est secondaire..., avec la société capitaliste, celui-là, je le dis, il ne peut pas être adhérent du Parti socialiste ».

Soutenu par une coalition hétéroclite, qui regroupait les partisans de Defferre, de Mauroy et de Chevènement, qui pesaient bien plus lourd que ceux de la Convention, Mitterrand mit en minorité le tandem Savary-Mollet.

Un an plus tard, en juin 1972, le Programme commun de la gauche, qui assurait au Parti communiste qu'il aurait des ministres en cas de victoire électorale de celle-ci, était adopté par le Parti socialiste et par le Parti communiste, et les radicaux de gauche y ajoutaient leur signature peu après.

Mais Mitterrand n'avait pas seulement pour but d'obtenir l'appui électoral du PCF, qui lui était dès lors tout acquis, comme le montra l'élection présidentielle de 1974 où le PCF renonça à présenter un candidat pour soutenir dès le premier tour « le candidat commun de la gauche ». Il entendait aussi « rééquilibrer » la gauche, c'est-à-dire renforcer l'influence électorale du Parti socialiste au détriment du PCF. Les élections législatives partielles qui se déroulèrent les mois suivants montrèrent que le PS était en voie d'obtenir ce résultat, nombre d'anciens électeurs du PCF votant dès le premier tour pour le candidat du PS, comme ils l'avaient fait à la présidentielle. Le PCF entreprit, pour marquer sa différence, de chercher querelle au Parti socialiste sur les plans les plus variés, à propos du nombre de nationalisations à réaliser comme sur la « force de frappe atomique », dont le programme commun prévoyait la suppression, et à laquelle le PCF se rallia bruyamment en 1977. Mais rien n'y fit. Aux élections législatives de 1978, le Parti socialiste devançait pour la première fois depuis 1936 le Parti communiste, avec 24,95 % des voix contre 20,61 %.

La rupture de l'Union de la gauche n'empêcha pas Mitterrand d'être élu à la présidence de la République en 1981. Contrairement à ce qu'il craignait, le PCF obtint des portefeuilles ministériels. Les premiers mois du gouvernement Mauroy paraissaient accréditer l'idée que la gauche allait, comme elle l'avait promis, changer la vie. Il y eut la réduction de la durée officielle du travail de 40 à 39 heures. Il y eut une série de nationalisations qui permettait au Parti communiste d'affirmer, devant sa base et son électorat, que le gouvernement menait une politique de progrès social... même si ces nationalisations, grassement indemnisées, allaient permettre au capital de se réinvestir dans des secteurs plus rentables, pendant que l'État se chargerait de « restructurer » les entreprises passées sous son contrôle, avec ce que cela signifierait de licenciements.

En fait de politique de progrès social, dès juin 1982, le Premier ministre, Mauroy, décrétait le blocage des salaires. Puis l'année suivante vit une grande vague de licenciements et de suppressions d'emplois, entre autres dans la sidérurgie ou chez Talbot-Poissy (aujourd'hui PSA), avec la bénédiction du gouvernement.

Ce Parti socialiste, que d'aucuns continuent de présenter comme marqué par un marxisme « archaïque », passé le temps des discours d'apparence radicale lorsqu'il avait réalisé son virage vers l'Union de la gauche, se comportait une fois au gouvernement en bon serviteur de la bourgeoisie. L'un des dirigeants du PS qui se veulent à la gauche de celui-ci, Henri Emmanuelli, a pu dire : « Nous avons fait notre Bad Godesberg le 23 mai 1983 à 11 heures du matin. Le jour où nous avons décidé d'ouvrir les frontières et de ne pas sortir du SME (serpent monétaire européen). Nous avons choisi une économie de marché ». Même si la SFIO avait renoncé à la socialisation des moyens de production et fait le choix de l'économie de marché bien des années auparavant, Emmanuelli n'a pas tort quand il critique ceux qui réclament au Parti socialiste un « Bad Godesberg », en leur répondant que c'est fait depuis longtemps.

Quant au Parti communiste, par sa participation au gouvernement il cautionnait une politique contraire à l'intérêt des travailleurs, et il en paya le prix aux élections européennes de 1984, tombant à 11,2 % des voix, ce qui l'amena à rester hors du gouvernement pendant tout le reste de la présidence de Mitterrand.

La fin d'une période

Depuis 1981, l'influence électorale du PCF n'a donc cessé de reculer au fil des années, car la participation de ce parti au gouvernement Mauroy de 1981 à 1984, puis au gouvernement Jospin de 1997 à 2002, comme son soutien de fait sans participation aux autres gouvernements socialistes, n'ont apporté que déceptions et démoralisation à l'électorat populaire.

Ce fut lors des premiers tours des élections présidentielles successives que cette dégringolade électorale fut la plus facile à mesurer : 15,34 % des voix pour Georges Marchais en 1981, 6,75 % pour André Lajoinie en 1988, 8,64 % pour Robert Hue en 1995, 3,37 % pour le même en 2002, pour aboutir aux 1,94 % de Marie-George Buffet en 2007.

Mais ce recul électoral du PCF, que souhaitait Mitterrand, a atteint une telle ampleur qu'il s'est retourné contre le Parti socialiste. Celui-ci ne dispose plus dans les élections présidentielles d'un allié capable de ratisser sur sa gauche des millions de voix et de les lui apporter au deuxième tour. Ségolène Royal en a fait l'expérience en avril dernier. Le chantage au vote utile lui a permis de réaliser au premier tour de l'élection présidentielle un résultat légèrement meilleur que celui de Mitterrand en 1981 (25,87 % des voix contre 25,84 %), mais ce ne sont pas les voix qui s'étaient portées sur la candidate du PCF qui pouvaient faire pencher la balance de son côté au second tour. Son seul espoir résidait dans l'électorat de François Bayrou, qu'elle a vainement tenté de séduire.

Pour le Parti socialiste, c'est toute une période historique qui vient de s'achever. Pour accéder de nouveau au gouvernement, dans le cadre des institutions et du calendrier électoral actuel (c'est-à-dire avec les élections législatives s'enchaînant directement sur la présidentielle), il faut gagner d'abord l'élection présidentielle. Sauf, évidemment, si une radicalisation de l'électorat populaire venait bouleverser la situation politique. Mais ce n'est pas sur ce cas de figure, qu'il ne souhaite pas, que compte le Parti socialiste. Et hors cette perspective, il ne peut plus guère espérer revenir au gouvernement que si la politique de l'UMP au gouvernement suscite des réactions de rejet dans une fraction de l'électorat qui l'a portée au pouvoir, et qu'en parlant un langage susceptible de lui rallier une partie des électeurs de droite ou de centre-droit.

Devant cette perspective, une partie de ses dirigeants, qui se voyaient éloignés des délices du pouvoir pour dix ans ou plus, a choisi de répondre positivement aux propositions « d'ouverture » de Sarkozy. Les autres, avec des nuances diverses, parlent de rénovation, de moderniser le parti, de l'adapter à notre époque... c'est-à-dire à la situation politique créée par le déclin électoral du PCF. En fait de modernisation, la perspective la plus prometteuse qui reste au Parti socialiste, c'est de revenir au temps où il gouvernait avec tout ou partie de la droite, comme ce fut le cas de 1944 à 1951, et de 1956 à 1959. Bien plus que la querelle des chefs, que le heurt des ambitions personnelles, qui font les délices de la grande presse, c'est cela le principal problème qui se pose aujourd'hui aux dirigeants socialistes.

4 octobre 2007