Grande-Bretagne - Les attaques contre les retraites par le patronat et le gouvernement

En Grande-Bretagne comme dans tous les pays industrialisés, la bourgeoisie prend prétexte de l'allongement de la durée de la vie pour présenter le système de retraite des salariés comme une charge trop lourde pour la société et en réduire les provisions. En réalité, comme ailleurs et, en particulier, en France, il s'agit d'une tentative des classes possédantes pour accaparer une part plus grande encore de la richesse sociale.

A ce sujet, nous présentons ci-dessous de larges extraits d'un article paru dans la revue Class Struggle (n°65 - janvier 2006), publiée par les militants britanniques de l'UCI.

Après trois années de labeur, le rapport de la "Commission Retraite" présidée par Adair Turner, ancien directeur-général du CBI (Confédération de l'Industrie Britannique, équivalent du Medef en France), a été finalement publié en décembre 2005. Du coup, la fameuse "crise de la retraite" dont on parle depuis déjà des années est revenue à la Une de la presse. Et les experts financiers et les organismes patronaux se sont précipités pour rechercher entre les lignes de ce rapport de 1000 pages ce qu'eux-mêmes ou leur clientèle pourraient bien y gagner.

Quant aux travailleurs, les seuls pour lesquels les retraites sont d'une importance vitale, car c'est d'elles que dépendent s'ils vivront leurs vieux jours dans des conditions décentes ou dans la pauvreté, personne ne s'est soucié d'éclairer leur lanterne. Car pour la plupart d'entre eux, les propositions du rapport Turner comme les polémiques effrénées qu'elles ont soulevées étaient sans doute aussi incompréhensibles que la jungle que constitue le dispositif de retraite actuellement en vigueur. On leur disait que les propositions de Turner entraîneraient une amélioration de leurs retraites. Mais, en même temps, les seules mesures concrètes qui semblaient ressortir plus ou moins explicitement de tout ce vacarme indiquaient de nouvelles attaques contre leur droit à une retraite décente. Pour résumer les choses, on disait une fois de plus aux travailleurs que la seule façon de résoudre la "crise de la retraite" était qu'ils se serrent la ceinture : en échange d'une augmentation minime du niveau de certaines retraites, les travailleurs devaient consentir à une augmentation générale de l'âge de la retraite et à une baisse du salaire réel d'une partie d'entre eux.

Quelques semaines plus tard, un événement vint expliciter la véritable signification des conclusions du rapport Turner. Il s'agissait d'une annonce faite par Rentokil-Initial, une multinationale britannique qui a bâti un empire sur l'exploitation du travail précaire avec, comme elle s'en vante elle-même, "90000 salariés offrant toute une gamme de services dans plus de 40 pays". Cette entreprise annonçait qu'elle entendait fermer son fonds de "retraite d'entreprise", non seulement aux nouveaux embauchés (elle l'avait déjà fait en 2002), mais également aux travailleurs actifs. Rentokil avait suspendu ses cotisations à ce fonds pendant des années, jusqu'en 2004, sous prétexte qu'il était "excédentaire". Et voilà que soudainement, la direction du groupe avait le culot de dire qu'elle n'avait "pas les moyens" d'alimenter ce fonds, sous prétexte d'un prétendu "déficit" de 420millions d'euros ! Comme Rentokil était la première des entreprises du FTSE100 (les 100 premières entreprises par la capitalisation boursière à la Bourse de Londres) à prendre une telle mesure, les commentateurs eurent tôt fait de prédire que d'autres suivraient bientôt, menaçant du même coup les retraites de centaines de milliers, peut-être de millions de salariés du privé.

Cet événement est venu rappeler à quel point le filet de sécurité des retraites d'entreprise s'est réduit au cours de ces dernières années. Ce filet ne couvrait déjà qu'une minorité des travailleurs actifs. Mais, alors que de plus en plus d'entreprises réduisent leurs dépenses de retraite afin d'augmenter leurs profits, ce filet de sécurité laisse un nombre croissant de travailleurs tomber dans la dépendance d'un système de retraite d'État de plus en plus déficient.

Mais en même temps, venant de l'un des poids lourds de la City de Londres, l'annonce de Rentokil est venue souligner l'hypocrisie de tous les prétendus experts et autres politiciens qui pleurent sur le sort d'entreprises qui seraient paralysées, voire condamnées à la faillite, par la taille du "déficit" de leurs fonds de retraite. Car ces "déficits" n'ont pas empêché le champagne de couler dans la City, durant les derniers jours de 2005, pour célébrer la hausse record des actions au cours de l'année -22% en moyenne, dont une confortable hausse de 15% pour Rentokil. Si "crise" de la retraite il y avait, de toute évidence ce n'étaient pas les actionnaires qui en faisaient les frais !

Une offensive contre les salaires réels des travailleurs

On a prétendu que les propositions de Turner auraient donné lieu à de nouvelles dissensions entre Tony Blair et son rival, le ministre des Finances Gordon Brown. Ce qui est sûr, en tout cas, c'est qu'aucune des deux factions n'a jugé bon de faire le moindre commentaire à propos de l'annonce faite par Rentokil. Elles n'ont pas plus fait d'objection à d'autres annonces similaires, sinon plus scandaleuses encore, comme celle du milliardaire Philip Green, qui après avoir empoché 1,7 milliard d'euros en vendant ses actions dans le groupe de mode Arcadia annonça aux employés de ce groupe qu'ils devraient augmenter leurs cotisations de retraite de 50% et travailler cinq ans de plus pour pouvoir en bénéficier.

Cela dit, bien sûr, il n'y a aucune divergence sur ce terrain entre Brown et Blair. Pas plus qu'entre les Travaillistes et les Conservateurs, d'ailleurs. Pour les politiciens de la bourgeoisie, le rôle du système de retraite est de faire payer à la classe ouvrière, sur ses propres salaires, une protection minimale qui lui permette de survivre après avoir atteint l'âge de la retraite, et ceci à un coût minimum pour le capital -en fait, le capital financier se débrouille même pour faire des profits considérables sur le dos du système de retraite ! Ces politiciens n'ont jamais considéré que c'était à la bourgeoisie de pourvoir aux besoins des travailleurs retraités, en prenant sur ses profits. Et puisque le patronat fait chorus pour dire aujourd'hui que les retraites lui "reviennent" trop cher, ces politiciens leur font écho en se faisant les champions d'attaques plus ou moins ouvertes contre le système de retraite.

Comme de telles attaques sont impopulaires, il fallait bien trouver un prétexte. C'est ainsi qu'on se mit à parler de la "crise de la retraite", prétendument due à l'augmentation de l'espérance de vie, qui, a-t-on dit, aurait tôt fait de transformer la Grande-Bretagne en un pays "gris". Pourtant, sur la base des conditions actuelles de départ en retraite, les statistiques officielles ne prévoient qu'une augmentation de 19 à 25% des retraités parmi l'ensemble de la population, d'ici à 2050 -ce qui n'est pas si "gris" que ça ! Et encore ces chiffres ne tiennent-ils aucun compte de l'immigration qui, comme le montrent d'autres chiffres, est nécessaire pour maintenir le niveau de la population- et dont le flux se maintient, heureusement, malgré la démagogie anti-immigrés du gouvernement travailliste.

Surtout, les apôtres de mauvais augure font bon marché de l'augmentation de la productivité dans l'économie. Brown aurait-il oublié ses hâbleries sur le "succès économique" des Travaillistes qui aurait produit, selon lui, l'un des taux de croissance de productivité les plus élevés parmi les pays industrialisés ? Vrai ou faux, le fait est que la productivité augmente et, avec elle, la capacité d'une population active relativement moins nombreuse de produire plus de richesses. Ce n'est pas pour rien que les grandes entreprises industrielles parviennent à maintenir, voire à augmenter leur production avec une main-d'oeuvre bien moins nombreuse qu'il y a une ou deux décennies. C'est peut-être en partie dû à une augmentation de l'intensité du travail. Mais c'est aussi dû à une augmentation de la productivité que même une organisation économique aussi irrationnelle que le capitalisme, avec le chaos que génère la course au profit, est capable de produire.

Alors oui, même sur la base de sa présente organisation, la société aurait les moyens de pourvoir aux besoins d'une proportion plus importante de retraités dans les décennies à venir. Oui, elle aurait les moyens de permettre à des travailleurs qui se sont usés toute leur vie pour remplir les coffres de la bourgeoisie, de prendre quelque repos avant d'être trop vieux pour pouvoir en profiter et de bénéficier des ressources nécessaires que cela suppose. Et oui, la richesse créée par les travailleurs en activité serait plus que suffisante pour pourvoir à cela. Le seul obstacle, s'il y en a un, c'est le parasitisme de la bourgeoisie qui veut pour elle-même une part toujours plus grande de cette richesse.

Ce parasitisme n'a cessé d'augmenter au cours des dernières décennies, depuis les années soixante-dix. Et depuis que les Travaillistes sont revenus au pouvoir, il s'est aggravé encore plus rapidement. Il y a bien des moyens de mesurer ce parasitisme. Par exemple, depuis 1997, le revenu disponible des entreprises a augmenté de 10% en valeur réelle, leurs réserves en liquidités ont augmenté de 57%, mais leurs investissements ont diminué de 21%. Autrement dit, elles ont utilisé leurs profits soit pour enrichir les actionnaires, soit pour se lancer dans des opérations financières, mais pas pour créer de nouvelles infrastructures ni pour développer la production de richesses.

Au lieu d'investir, la bourgeoisie s'est efforcée d'augmenter ses profits en s'attaquant aux conditions de travail des travailleurs ou en réduisant leurs salaires réels -qui incluent les cotisations sociales, salariales et patronales, à la caisse de retraite d'État et aux "retraites d'entreprise".

Réduire la masse salariale, tel est le mot d'ordre actuel du patronat. Comme les cotisations de retraite font partie de cette masse salariale, le patronat veut les réduire. Et en hommes respectueux des intérêts des classes possédantes, les politiciens de tout bord sont tout prêts à se plier à leur volonté. Ils peuvent avoir des idées différentes sur la façon de s'y prendre, mais pas sur l'objectif à atteindre.

Une orientation qui ne date pas d'aujourd'hui

Le rapport Turner fait donc suite à une longue série de documents similaires consacrés, pour dire les choses crûment, à trouver la meilleure façon de réduire la couverture du système de retraite sans que cela déclenche trop de réactions de colère dans la classe ouvrière. Cette série a commencé sous les précédents gouvernements conservateurs avec le rapport Goode (1993). Elle s'est poursuivie sous les Travaillistes avec les rapport Myners (2001), Pickering (2002) et Jarvis (2004), pour ne citer que les plus notables, sans parler des documents préparatoires aux nombreux amendements et lois sur les retraites adoptés depuis vingt ans.

Dans tous ces rapports et documents on retrouve un fil conducteur qui reflète l'orientation suivie par tous les gouvernements, tant travaillistes que conservateurs. Premièrement, c'est à l'État qu'il incombe d'atténuer l'impact social de la pauvreté parmi les retraités, au moindre coût pour les finances publiques et sans augmenter pour cela les impôts qui touchent les classes aisées ou le capital. Deuxièmement, si des retraités se trouvent dans la misère, c'est parce qu'ils n'ont pas assez "épargné" pendant leur vie active. Troisièmement, afin de réduire le coût de la retraite pour les fonds publics et, par conséquent, libérer une plus grande part de ces fonds pour d'autres usages tels que des remises d'impôts et autres subventions au capital, il faut que les travailleurs actifs "épargnent". Et comme la meilleure façon d'inciter les travailleurs à épargner est qu'ils aient peur de tomber dans la misère sur leurs vieux jours, il faut que le revenu garanti à tous les retraités par l'État reste le plus bas possible.

En d'autres termes, conformément à une attitude que connaissent bien d'autres catégories sociales défavorisées, comme les chômeurs, les parents célibataires, les pensionnés pour longue maladie ou invalidité, etc., les retraités les plus mal lotis n'ont à s'en prendre qu'à eux-mêmes. Qu'importe si leurs problèmes d'aujourd'hui sont dus à de longues périodes de chômage pendant leur vie active ou au fait qu'ayant toujours vécu avec de très bas salaires, la seule chose qu'ils aient jamais pu accumuler était des dettes. La pauvreté est un délit dans cette société et les coupables doivent en payer le prix !

Seules quelques-unes des propositions faites dans ces rapports ont été effectivement mises en oeuvre à ce jour. Mais l'orientation des gouvernements successifs qu'ils reflétaient s'est traduite par une augmentation de la pauvreté parmi les retraités. Malgré les diverses formes d'assistance sociale dont ont bénéficié les plus démunis, y compris le "crédit-retraite" actuel de Gordon Brown, 20% des retraités vivent encore en dessous du seuil de pauvreté. Et, au lieu de décroître, le nombre des retraités contraints de soumettre leur existence à un contrôle humiliant, afin de bénéficier de la charité étatique sous forme du "crédit-retraite", a augmenté. En fait, sur la base des tendances et du système actuels, on estime qu'en 2050, 70% des retraités devront se soumettre à cette humiliation pour survivre.

Sur cet aspect des choses, le rapport Turner semble rompre, dans une certaine mesure, avec la politique traditionnelle -non pas dans le but de venir en aide aux retraités démunis, mais seulement pour... réduire les coûts administratifs du système. La façon la moins onéreuse d'effectuer des versements, dit Turner, est de faire en sorte qu'ils soient universels (calculés sur les années de résidence et non sur les années de cotisations), individuels (les femmes étant traitées indépendamment de leurs maris, qu'elles en aient ou pas), de montant uniforme et indépendants des ressources.

Par conséquent, dit Turner, l'objectif doit être qu'à long terme la "retraite de base" ait ces caractéristiques, qu'elle soit indexée sur les salaires (et non sur l'indice des prix, plus défavorable, comme aujourd'hui) et qu'elle atteigne un niveau proche du minimum de ressources actuellement garanti par le "crédit-retraite". De sorte que le "crédit-retraite" disparaîtrait, sauf pour un nombre infime de cas très particuliers.

En apparence, ces propositions peuvent sembler représenter une amélioration par rapport au système actuel, au moins pour les retraités les plus pauvres. Sauf qu'en fait elles n'entraîneraient aucun changement pour eux à court terme. Et à long terme, la "pension de base" resterait à un niveau misérable. La pauvreté demeurerait dans les rangs des retraités tandis que disparaîtrait le système de charité d'État, non pas parce qu'il est inutilement humiliant, mais parce qu'il est beaucoup trop coûteux !

Pour ces raisons, le rapport Turner reste finalement dans la droite ligne de ses prédécesseurs.

L'addition pour les travailleurs

Sans améliorer notablement le sort des plus pauvres, les propositions de Turner auraient néanmoins un prix pour l'État. À long terme, tous les retraités recevraient le montant maximum de la "retraite de base", fixé à un niveau réel un peu plus élevé qu'aujourd'hui, sans égard pour leur niveau de ressources. En d'autres termes, dit Turner, il en résulterait une augmentation importante du coût de la "retraite de base" pour l'État, et cela sans même prendre en compte l'augmentation du nombre des retraités.

Néanmoins, un tel raisonnement relève de l'hypocrisie pure et simple. Ne serait-ce que parce qu'après tout, les versements pour les divers types de retraites d'État ne représentent que 5% du PIB britannique -moins de la moitié de la plupart des autres pays de l'ex-Europe des Quinze !

En plus, le Fonds d'Assurance Nationale, qui est entièrement financé sur les salaires par le biais des cotisations salariales et patronales prélevées à la source, a un surplus significatif de 51 milliards d'euros -équivalant à plus de la moitié des retraites versées en une année. C'est dire que, même sans faire appel à des recettes supplémentaires, il y a quand même des moyens disponibles. Seulement, le gouvernement travailliste a la mauvaise habitude de faire appel à ce "surplus" pour régler des dépenses sans rapport aucun avec les retraites. Par exemple en 2001 Blair, qui faisait alors les yeux doux aux milieux écologistes, introduisit une taxe sur les entreprises destinée à financer des mesures de protection contre les changements climatiques. Mais pour ne pas déplaire aux milieux d'affaires, il fut décidé discrètement que le coût de cette taxe devrait être "neutre" pour les patrons et donc, on réduisit en contrepartie les cotisations retraites patronales de 0,3%. Ce sont donc les travailleurs qui, dans les faits, paient depuis lors la "taxe verte" des entreprises par le biais du Fonds d'Assurance Nationale.

Et puis, bien sûr, le fait de verser la "retraite de base" au même niveau à des retraités riches, même n'ayant pratiquement jamais cotisé de leur vie, qu'à des ouvriers retraités sans ressources, pourrait ne pas coûter bien cher à l'État si le taux d'imposition des revenus les plus élevés était resté à son niveau des années soixante-dix. Mais ni Turner, ni Blair et les Travaillistes n'envisagent d'imposer vraiment les riches. Alors il faut bien que la classe ouvrière paie l'addition d'une façon ou d'une autre.

Sur ce terrain, Turner ne fait guère preuve d'originalité. Cela fait des années que les organisations patronales réclament une élévation de l'âge de la retraite. C'est donc ainsi que Turner propose de réduire le coût de ses propositions pour l'État, en introduisant progressivement une hausse de la retraite à 68 ou 69 ans pour 2050.

Le rapport Turner fait usage de l'argument pour le moins spécieux selon lequel il ne serait que légitime que l'âge de départ en retraite suive la même courbe que l'espérance de vie.

Bien sûr, si la société était organisée différemment, de façon à ce que les travailleurs puissent choisir leurs conditions de travail en fonction de ce qu'ils se sentent capables de faire et organiser leurs périodes de labeur de façon à avoir assez de temps pour les loisirs ou autres activités, au lieu d'avoir à s'échiner sans répit au travail pour arriver à gagner leur vie, ce serait différent. Mais dans la société d'exploitation où nous vivons, seule une infime minorité bénéficie de tels privilèges. Et même dans cette minorité, il semble que beaucoup ne montrent pas grand enthousiasme pour les retraites tardives. Ainsi, une étude du TUC montre que 98% des principaux directeurs des cinquante plus grandes entreprises britanniques ont pris leurs dispositions pour prendre leur retraite à 60 ans, cinq ans avant leurs salariés dans les conditions actuelles !

Turner lui-même admet implicitement un aspect particulièrement choquant de son argument en recommandant, en passant, "des mesures en faveur des groupes socio-économiques les plus désavantagés, avec les espérances de vie les plus basses, pour s'assurer qu'ils ne deviennent pas disproportionnellement désavantagés" par l'augmentation de l'âge de la retraite. Mais qu'est-ce que cela signifie exactement ? Turner propose-t-il de ne pas élever l'âge de la retraite pour les travailleurs manuels de Glasgow, dont l'espérance de vie est de 69 ans, ou encore pour les OS du sud-ouest de l'Angleterre, dont l'espérance de vie est de 67ans ? Propose-t-il que les dizaines de milliers d'OS sur chaîne de la métallurgie, qui se tuent littéralement au travail du fait des cadences et des horaires d'équipe, devraient pouvoir prendre leur retraite plus tôt ? En fait Turner se garde bien de dire quoi que ce soit à ce propos. Et pourtant la réalité est qu'avec la retraite actuelle, à 65 ans, bien des travailleurs sont déjà condamnés de fait à finir leurs jours au travail sans prendre leur retraite !

Mais, en matière d'hypocrisie, Turner ne s'en tient pas là. Dans ce domaine il suit également l'exemple d'illustres prédécesseurs, et en particulier celui de Thatcher qui, dans les années quatre-vingt, releva l'âge de la retraite des femmes de 60 à 65 ans au nom de l'égalité des sexes... De la même façon, Turner justifie le fait de relever l'âge de la retraite par la lutte contre toute forme de discrimination envers les personnes âgées ! En cela, il est vrai, il ne fait que suivre l'exemple de Blair, qui fit passer en 2004 une loi destinée à encourager les travailleurs à continuer à travailler après l'âge de la retraite et à empêcher, prétendit-il, toute discrimination à leur encontre.

Derrière le "déficit" des retraites d'entreprise

Le second aspect du rapport Turner n'a pas pour objet le problème des retraites en tant que tel, mais plutôt le peu de goût qu'exprime de plus en plus le patronat envers les "retraites d'entreprise" -tendance qui s'exprime, en particulier, par la publication presque quotidienne de chiffres astronomiques concernant les déficits qu'auraient ces types de retraites.

Traditionnellement, ce type de retraite a permis à une large section de la classe ouvrière de bénéficier d'une retraite un peu plus confortable que le leur auraient permis les deux retraites d'État. Mais c'est un système qui avait bien des défauts. Le fait de changer d'employeur signifiait la perte d'une partie des annuités accumulées, voire parfois de la totalité. Et puis il y avait toujours la possibilité que les fonds accumulés perdent de leur valeur, du fait d'une erreur de gestion ou d'à-coups sur les marchés financiers. Cela dit les administrateurs étaient prudents et leurs investissements étaient étroitement réglementés, de sorte que, pour les travailleurs des grandes entreprises, ce système a relativement bien fonctionné jusque dans les années quatre-vingt.

En 1985, la finance britannique fut déréglementée. La spéculation boursière explosa, offrant la possibilité de gains (mais aussi de pertes) considérables et rapides. Les administrateurs des retraites d'entreprise, qui n'étaient plus soumis aux mêmes réglementations, se tournèrent vers la Bourse. Ce furent des années d'or où il devint normal pour un fonds de retraite d'entreprise d'augmenter sa valeur réelle de 20% ou plus dans l'année.

Ce fut à cette époque que le gouvernement conservateur d'alors changea les règles concernant les responsabilités de l'employeur vis-à-vis de la retraite d'entreprise de ses employés. Il fut décidé que la solvabilité d'un fonds de retraite d'entreprise, c'est-à-dire sa capacité à faire face à ses obligations futures, serait désormais calculée à partir du taux de rendement courant des investissements boursiers. Cela revenait à raisonner comme si la montée en flèche des cours boursiers devait se poursuivre pour toujours, et au même rythme ! Tout ce qui venait en excédent de cette évaluation devait être considéré comme un "surplus" dont l'entreprise était libre de faire ce qu'elle voulait. Bien sûr, les patrons n'ignorèrent pas une telle invitation à se servir dans la caisse. Certains firent passer tout ou partie de ce "surplus" dans leurs bénéfices. D'autres, ou les mêmes, cessèrent de payer la part patronale des cotisations à ces retraites.

Ce scandale dura jusqu'à la fin des années quatre-vingt-dix. Vint alors le crash de la bulle financière des "nouvelles technologies". D'un seul coup les "surplus" des fonds de retraites d'entreprise, déjà réduits à leur plus simple expression par les ponctions dont ils avaient été l'objet par le patronat, se mirent à fondre rapidement, voire à se transformer en déficits béants. Ce phénomène se trouva aggravé par les grandes vagues de suppressions d'emplois qui marquèrent cette période, qui privèrent en plus ces fonds d'une partie de leurs rentrées passées. Du coup, avec le rendement réduit qu'offraient les marchés financiers, le patronat se trouva face à la menace d'avoir à financer les retraites dont il s'était porté garant sur ses propres profits. Et nombre de patrons commencèrent à chercher comment se protéger d'un tel risque.

Il s'ensuivit un vaste mouvement de mesures visant à réduire la couverture offerte aux travailleurs par leurs retraites d'entreprise. Dans de nombreuses entreprises, les nouvelles recrues n'eurent plus accès aux plans de retraite existants et se virent offrir des plans moins avantageux du point de vue de la retraite versée, et surtout offrant moins ou aucune garantie de la part de l'employeur. Celui-ci en profitait, de surcroît, pour réduire la part patronale de la cotisation au plan. Non seulement cela permettait aux patrons de réduire leurs risques, mais c'était une autre façon de réduire les salaires réels.

Selon les chiffres publiés par l'Association des Fonds de Retraites d'Entreprise, à la fin 2005, 57% des entreprises avaient fermé partiellement ou totalement leur retraite d'entreprise basée sur le salaire final (jusqu'à la fin des années quatre-vingt-dix la grande majorité des retraites d'entreprise avaient été de ce type) et 25% comptaient le faire dans l'année à venir.

Tandis que le patronat prenait ce genre de mesures, de plus en plus de commentateurs faisaient état du désir croissant du patronat de se débarrasser de toute obligation concernant les retraites. Mais c'était plus facile à dire qu'à faire. S'il y avait une chose que les travailleurs regardaient de près, c'était bien ce qu'il advenait de leur retraite d'entreprise, qu'ils considéraient, à juste titre, comme leur propriété. C'est alors que Blair et son gouvernement se portèrent au secours du patronat en lui fournissant un gadget comptable bien commode. Présenté comme une protection pour les travailleurs, il était destiné à permettre aux entreprises de justifier des mesures encore plus drastiques contre les retraites.

Ce truc concernait une fois de plus le mode de calcul de la solvabilité des retraites d'entreprise. Cette fois-ci, au lieu de faire ce calcul sur la base du rendement courant des investissements financiers (de l'ordre de 10%), les entreprises durent utiliser comme base un taux proche du taux d'intérêt courant (un peu plus de 4%). On justifia ce changement par la "prudence" nécessaire à la protection des intérêts des futurs retraités. Mais cette astuce permit surtout aux entreprises d'exhiber des déficits gigantesques, même pour des fonds de retraite en bonne santé. Bien sûr, cela ne faisait pas très bon effet vis-à-vis des actionnaires, qui n'aimaient pas voir des trous noirs se former dans les bilans. Mais cela permit aux entreprises de justifier avec une certaine crédibilité devant les travailleurs les mesures qu'elles prenaient contre eux.

Et pourtant, même gonflés par cet artifice comptable, ces déficits ne sont pas toujours aussi importants qu'on veut bien le dire. Par exemple, dans le cas de Rentokil-Initial cité plus haut, le "déficit" de son fonds de retraite calculé sur cette base, qui porte sur des obligations futures étalées sur plusieurs décennies, équivaut à peu près aux profits nets réalisés par le groupe au cours des 18 mois se terminant en juin 2005.

En tout cas, tout le monde, des politiciens aux économistes, trouve parfaitement normal que les travailleurs fassent les frais de ces "déficits" plus ou moins artificiels, par une réduction de leur couverture retraite et parfois la perte d'une partie des cotisations qu'ils ont déjà versées, et du même coup par une baisse de leur salaire réel. Mais personne ne met en question le pillage des fonds de retraite d'entreprise par le patronat qui a conduit à la situation actuelle. Si quelqu'un devrait payer la note de ces "déficits", c'est bien le patronat et ses actionnaires, qui ont volé les travailleurs pendant tant d'années !

Une porte de sortie pour le patronat ?

Bien sûr ce n'est pas ce que Turner et Blair ont dans la tête. Pour l'un comme pour l'autre, toute réforme de la retraite doit offrir au patronat un moyen de se désengager de toute responsabilité dans la couverture retraite. Par la même occasion, elle devrait offrir aux barons de la finance l'occasion de s'emparer de l'ensemble des cotisations de la classe ouvrière.

C'était déjà le but des "retraites participatives" lancées par Blair il y a quelques années. Ce fut un fiasco. Les travailleurs ne s'intéressèrent pas à ce nouveau produit financier qui leur rappelait trop les "retraites personnalisées" lancées par les Conservateurs dans les années 1980-1990 et les pertes considérables subies par les 1,4 million de salariés qui s'y étaient laissés prendre. Les banques n'avaient pas très envie d'avoir à gérer des comptes retraite individuels pour les bas salaires et le patronat n'avait pas très envie de prendre le risque d'imposer ces nouvelles retraites à ses salariés alors qu'elles ne bénéficiaient d'aucune garantie de l'État.

Le rapport Turner propose donc une autre voie pour atteindre le même objectif, par le biais de la création d'un "Plan National d'Épargne Retraite" (NPSS). Dans le cadre de ce NPSS, le gouvernement regrouperait les cotisations retraite par un système de prélèvement sur la paye similaire à celui utilisé pour la retraite d'État. Les salariés seraient automatiquement enrôlés. Le système serait bon marché pour le patronat, qui n'aurait que 3% des salaires à payer (environ un tiers de ses contributions moyennes actuelles aux fonds de retraite d'entreprise) tandis que les salariés devraient payer 5%. Le NPSS fonctionnerait comme les retraites d'entreprise, comme un fonds de retraite par capitalisation, dont l'administration serait sous-traitée à un petit nombre de grandes entreprises financières qui, prétend Turner, seraient en position de réduire les coûts d'administration à un niveau très bas du fait du montant considérable des sommes en jeu.

Sur cette base, dit Turner, ce système pourrait produire une retraite équivalant à 25% du salaire médian. Comment Turner en arrive à ce chiffre, compte tenu des aléas des marchés financiers, c'est un mystère.

Tout se paie un jour

Ce qui rend ces attaques contre la couverture retraite des travailleurs encore plus scandaleuses, c'est qu'en même temps, grâce aux généreux avantages fiscaux que lui concède le gouvernement travailliste, les retraites sont devenues l'un des canaux par lesquels la bourgeoisie se redistribue les profits du capital en recourant à des artifices fiscaux plus ou moins légaux.

Les émoluments des membres des conseils d'administration des entreprises du FTSE100 ont battu un record en 2005, avec une moyenne atteignant la barre des 3 millions d'euros par an. Une enquête publiée par le syndicat GMB en novembre dernier montre que l'"épargne-retraite" payée hors taxes, en plus de leurs salaires, aux présidents des quinze sous-comités de la confédération patronale CBI, atteignait pour certains d'entre eux plus de 20 millions d'euros. Ce ne sont pas les patrons les mieux payés de Grande-Bretagne, mais ce sont eux qui réclament à cor et à cri que l'âge de la retraite soit repoussé à 70 ans pour les travailleurs en disant que leurs retraites coûtent trop cher à l'économie !

L'évasion fiscale par le biais de plans de retraite individuels pharamineux était devenue embarrassante pour le ministre des Finances Gordon Brown. Il fallait qu'il paraisse faire quelque chose contre -mais pas trop- et des mesures rentreront en application le 6 avril 2006. Dorénavant le montant qui pourra être accumulé sans payer d'impôt dans un plan de retraite sera plafonné à la "modeste" somme de 2,2 millions d'euros -assez pour constituer une rente viagère garantissant une retraite onze fois supérieure à la moyenne d'une retraite d'entreprise actuellement en cours de paiement. Ceux qui dépassent ce maximum devront payer des impôts sur l'excédent, mais à un taux de 25%, soit 15% de moins que le taux maximum de 40% qui frappe les plus hauts revenus. De plus, ces plans de retraite pourront être investis dans n'importe quoi. Des petits malins avaient eu l'idée d'offrir des produits d'investissements dans l'achat de logements pour la location. Cela a fait un beau scandale et Brown a dû interdire en catastrophe cette astuce lucrative : avec la crise actuelle du logement et le niveau astronomique des loyers, une telle subvention aux propriétaires ne serait pas très bien passée auprès des locataires du privé qui constituent une fraction importante de l'électorat, et pas seulement dans la classe ouvrière.

Autant dire qu'en même temps qu'elle exige des sacrifices des travailleurs au nom de la "crise de la retraite", la bourgeoisie n'en continue pas moins à se servir de cette même retraite comme d'un véhicule pour bénéficier des largesses de l'État.

Le cynisme de cette bourgeoisie, qui arbore sa richesse avec tant d'arrogance, prétend disposer des travailleurs à sa guise, y compris dans leurs vieux jours, et pille les ressources de l'État sans se soucier le moins du monde des conséquences que cela peut avoir pour la majorité de la population, ne peut que susciter la colère et démontrer la nécessité d'une riposte.

Mais tout en multipliant les gestes pour montrer à quel point ils sont préoccupés par le problème des retraites, ne serait-ce que pour des raisons de recrutement, les leaders syndicaux se sont contentés de faire en sorte de participer à toutes les commissions organisées par le gouvernement sur le sujet (y compris la commission Turner) et à toutes les négociations sur la question.

Mais les directions syndicales n'ont fait qu'aller de concessions en concessions. Après la signature peu glorieuse d'un accord concédant l'augmentation de l'âge de la retraite de 60 à 65 ans pour tous les nouveaux embauchés à partir d'avril 2006 dans la fonction publique, l'éducation et la santé publique, d'autres accords similaires se sont succédé. Par exemple, à British Gas, 6000 ouvriers de maintenance membres du syndicat GMB ont voté à 80% pour la grève lorsque la direction a annoncé vouloir fermer son fonds de retraite d'entreprise aux nouvelles recrues. Le syndicat GMB a appelé à cinq grèves de 24 heures. Mais le jour de la seconde grève, la direction du GMB signait un accord avec British Gas et annulait toutes les autres en se targuant d'avoir fait reculer la direction. En fait, la décision était maintenue mais son application repoussée au 31 mars 2006. La seule réelle différence entre l'annonce initiale de British Gas et l'accord en question, c'est que, justement, il s'agissait d'un accord sur lequel les leaders du GMB avaient pu apposer leur signature, et non d'une décision unilatérale !

Seulement, qu'il s'agisse d'entreprises isolées comme à British Gas, de secteurs entiers comme dans le cas de la fonction publique, ou, demain peut-être, d'une attaque touchant l'ensemble du système de retraite sur le modèle du rapport Turner, ce sont des attaques qui visent toute la classe ouvrière et qu'aucune concession, même faite au nom du "réalisme", n'arrêtera. Il n'y a qu'une seule réponse qui puisse être efficace et préserver l'avenir face à de telles attaques -une contre-offensive d'ensemble de la classe ouvrière.

7 janvier 2006