France - Deux ans de « dialogue social » : les confédérations syndicales accompagnent la politique antiouvrière de la gauche

La politique du gouvernement

S'il est un domaine, l'un des rares, où l'arrivée de la gauche au pouvoir a provoqué un changement, c'est dans celui des relations entre organisations patronales, organisations syndicales et gouvernement, et cela visiblement à la grande satisfaction de tout ce petit monde.

L'un des reproches que les confédérations syndicales adressaient à Sarkozy et à son gouvernement était, dans la deuxième partie du mandat, de les ignorer. Dans la deuxième partie uniquement, car il faut se souvenir que le début du mandat de Sarkozy a été ponctué lui aussi d'une multitude de sommets sociaux, de rencontres entre gouvernement, syndicats et patronat. Ainsi c'est Sarkozy qui a organisé en 2009 les États généraux de l'industrie que la CGT réclamait à cor et à cri. Ainsi encore, au cours des neuf premiers mois de 2009, le leader de la CGT, Bernard Thibault, était allé neuf fois à l'Élysée. Cela lui valut à l'époque, et à juste titre, l'interpellation des travailleurs en lutte de Continental, qui n'ont pas eu cet honneur d'avoir la visite et le soutien de la direction de la confédération. C'est à partir de 2010 que le gouvernement a imposé un autre type de relations aux syndicats. Ainsi, en pleine crise financière, la réforme des retraites de 2010 fut une démonstration, à destination des financiers et des spéculateurs, de la capacité du gouvernement à faire payer d'une manière inflexible les couches populaires. Il était alors hors de question de négocier la moindre virgule, et cela quel que soit le nombre de manifestants et de manifestations au printemps et à l'automne de cette année-là. C'est cette attitude que les confédérations syndicales et en particulier la CGT reprochaient au gouvernement, tandis que la CFDT approuvait la réforme. Et c'est cela qui justifiait les nouveaux appels à manifester des confédérations syndicales. Elles exigeaient que le gouvernement ouvre enfin de « réelles » négociations, qu'au moins il les reçoive pour discuter ne serait-ce que des à-côtés comme la pénibilité, comme elles le demandaient, sentant bien que, sur la durée de cotisation, il n'y aurait rien à discuter.

Dans ses relations avec les syndicats, le PS au pouvoir a donc adopté une attitude assez différente du gouvernement précédent. Dès la période électorale terminée, la « méthode » de Hollande, saluée avec enthousiasme par les syndicats et les organisations patronales, a consisté à les mettre au centre d'un certain nombre de décisions, au travers de l'ouverture de toute une série de négociations, à les associer à sa politique au travers d'accords avec le patronat, accords ensuite traduits en lois, les amenant ainsi à cautionner auprès des salariés la série d'attaques antiouvrières qui allait suivre.

Le mandat de Hollande s'est ainsi ouvert sur la première conférence sociale, les 9 et 10 juillet 2012 - la deuxième eut lieu en juillet 2013. Lors de cette grand-messe, le gouvernement voulait, disait-il, « ériger le compromis en méthode du dialogue social ». Lors du discours d'ouverture, Hollande disait vouloir « inscrire dans la Constitution » le dialogue social, affirmant qu'« il n'y aura pas de lois qui pourront être votées par le Parlement sans qu'il y ait eu une phase de concertation ». Bref, il donnait des gages aux syndicats : nous vous écouterons, nous discuterons avec vous, aidez-nous, soyez responsables. Mais les discussions étaient pour le moins cadrées. Rien que le menu des discussions annoncé lors de cette conférence sociale, notamment le « redressement des comptes publics » et la « détérioration de la compétitivité », laissait déjà présager de la suite.

Discuter et négocier avec le patronat et ses représentants, cela occupe les directions syndicales. Elles sont satisfaites. Elles ont l'impression de compter. Elles sont accueillies dans les salons, le gouvernement prend soin d'elles, modifie à la marge quelques textes pour que les chefs syndicaux puissent vendre tel ou tel accord à leur base. Mais qu'est-ce que cela change pour les travailleurs sur le fond, alors que le patronat, maître de l'économie, a en fait l'essentiel du pouvoir, et qu'en définitive, par cette puissance sociale et économique, c'est sa politique qui s'applique ? Pour les capitalistes, c'est tout bénéfice, car la caution de tout ou d'une partie significative des organisations syndicales contribue à désarmer et démoraliser un peu plus les travailleurs. C'est aussi pour cela que le patronat salue depuis près de deux ans la « méthode » Hollande.

Une tendance de fond

Syndicats et patronat sont d'autant plus satisfaits que la multiplication des négociations au niveau national et interprofessionnel en annonce d'autres, entreprise par entreprise. Il y a une dizaine d'années, il y a eu les négociations sur le temps de travail, entreprise par entreprise, avec possibilité de déroger aux 35 heures. Il y aura bientôt les négociations sur la « qualité de vie » au travail et la formation professionnelle. Et il y aura les négociations sur les accords de compétitivité généralisés dans le cadre de l'Accord national interprofessionnel (ANI) sur la flexibilité, de janvier 2013. Ces négociations entre patronat et syndicats correspondent à une orientation générale qui s'impose depuis près d'une vingtaine d'années. Elles permettent en effet au patronat de limiter au minimum le cadre législatif et de remettre en cause, entreprise par entreprise, les conditions de travail et de salaire des travailleurs, d'en augmenter ainsi l'exploitation, en gagnant quasiment à tous les coups, grâce à un rapport de force d'autant plus grand que le patronat choisit le moment et le périmètre de la négociation, et qu'il pratique un chantage systématique aux licenciements. Ces négociations permettent aussi au patronat, et ce n'est pas un détail, d'essayer de s'associer les équipes de militants syndicaux, d'en faire des « partenaires » qui serviront de relais auprès des travailleurs pour faire passer ses arguments et sa politique.

L'énergie des militants syndicaux est ainsi absorbée dans des réunions sans fin, et est bien moins consacrée à l'organisation des travailleurs et à leurs luttes. De quoi donner aux représentants syndicaux les moins conscients, hors de tout contrôle réel des travailleurs, l'illusion d'être associés à la gestion de l'entreprise. Entre 1983 et 1999, le nombre d'accords locaux est passé de moins de 2 000 par an à plus de 6 000. Et en 2011 il est monté à plus de 33 000. Et tous les syndicats, s'ils sont représentatifs, signent : la CGT, qui en signe le moins, a néanmoins signé 84 % d'entre eux en 2011 là où elle existe ; la CFDT, qui en signe le plus, 93 %. Dans les entreprises, il n'est plus rare de voir les syndicats CGT suivre les consignes confédérales et signer pour 40 euros d'augmentation salariale, correspondant strictement à ce que le patronat avait décidé de lâcher.

Des organisations syndicales bienveillantes

La « méthode » Hollande a donc pour but de développer la négociation, pour attacher des organisations ouvrières complaisantes et complices au char gouvernemental. Complaisantes et complices, car elles ne sont pas dupes. Ainsi, fin août 2012, le journal patronal Les Échos pouvait dire que les syndicats se déclaraient à l'attention du gouvernement « bienveillants mais vigilants ». Le journaliste signalait : « La CFDT a retrouvé son statut d'interlocuteur privilégié perdu sous Nicolas Sarkozy et veut s'appuyer sur sa proximité idéologique avec le PS pour peser de l'intérieur sur les réformes. La CGT devrait aussi continuer, comme la FSU, de s'en tenir à des critiques mezzo voce pour mieux pousser ses priorités, en particulier sur la politique industrielle. »

Et, au total, les organisations syndicales ont eu la satisfaction de participer à toute une série de négociations dont la liste s'est allongée parallèlement aux attaques contre le monde du travail. Elles ont ainsi négocié avec le patronat sur la « qualité de vie au travail », sur la formation professionnelle, sur le contrat de génération, sur les retraites complémentaires, sur les retraites elles-mêmes, et sur la flexibilité, au travers de l'ANI, signé par le patronat, la CFDT, la CFTC et la CGC. Et quand ces négociations ne sont pas prévues, elles les demandent. Ainsi, après l'annonce du « pacte de responsabilité » au début de janvier 2014, CGT, CFDT, FSU et UNSA se sont empressées de publier un communiqué dans lequel elles exigeaient non pas le retrait de ce cadeau de 35 milliards d'euros, mais que soient négociées avec elles les conditions d'attribution des aides aux entreprises. Ce qui, en soi, est déjà une approbation de ces mêmes aides et un soutien implicite à la politique gouvernementale.

La CFDT, collaborateur traditionnel du patronat et du gouvernement

La pièce maîtresse du dispositif du gouvernement s'est avérée être la CFDT, bien que la CGT ait postulé à ce titre, en appelant à voter Hollande en 2012. Les raisons qui font jouer à la CFDT un tel rôle sont multiples. En termes de représentativité au niveau national, la CFDT peut se targuer d'être deuxième, en faisant quasiment jeu égal avec la CGT (en mars 2013, l'État a estimé la représentativité selon les critères négociés en 2008 : les cinq organisations syndicales précédemment reconnues gardent seules leur représentativité interprofessionnelle en dépassant toutes les 8 % : CGT (26,77 %), CFDT (26,0 %), FO (15,94 %), CFTC (9,3 %) et CFE-CGC (9,3 %), alors que l'UNSA obtient 4,26 %, et Solidaires (Sud) 3,47 %. L'influence, le pourcentage de représentativité de la CFDT sont sa monnaie d'échange dans ses relations avec le patronat et le gouvernement. Cette « audience » se fait sur la base d'une politique qui cultive ouvertement la responsabilité, la compréhension à l'égard des prétendues difficultés des capitalistes. C'est une confédération qui n'hésite pas à « se salir les mains », comme le dit Chérèque, c'est-à-dire qui propose des solutions estimées réalistes pour le patronat et qui recrute ouvertement sur cette base.

La CFDT a ainsi une longue tradition de collaboration ouverte avec le patronat et le gouvernement. Son recentrage date des années 1980. Déjà, en 1995, sa dirigeante Nicole Notat soutint explicitement, ouvertement, le plan Juppé qui remettait en cause les régimes des retraites des fonctionnaires. Pour bons et loyaux services, la CFDT reçut la présidence de la Caisse nationale d'assurance maladie (CNAM) et celle de l'Unedic qui gère les allocations chômage. En 2003, c'est François Chérèque qui conduisit le ralliement de la centrale syndicale à la réforme Fillon sur les retraites, en plein milieu de la grève. Il n'est donc pas surprenant que de tels syndicalistes soient accueillis par les hommes de la bourgeoisie. Quand elle a quitté ses fonctions à la tête de la CFDT, Nicole Notat a fondé Vigéo, un cabinet de « notation sociale et environnementale » des entreprises, avec les conseils et les aides du PDG de Danone, Franck Riboud, et de celui d'Axa, Claude Bébéar.

La CFDT, qui dit cultiver l'apolitisme, n'a pas appelé à voter Hollande, mais elle n'a pas masqué ses convergences avec lui, et le président nouvellement élu n'a pas hésité à renvoyer l'ascenseur. Ainsi Hollande a promu Chérèque inspecteur général des affaires sociales, où il est chargé dans ce cadre du suivi du plan gouvernemental contre la pauvreté. Chérèque est aussi à la tête de Terra Nova, boîte à idées du PS. Laurence Laigo, ex-secrétaire nationale de la CFDT, est entrée au cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, ministre du Droit des femmes. Jacky Bontems, numéro 2 de la CFDT jusqu'en 2009, a lancé un réseau, « 812 », pour assurer « la promotion de la politique du gouvernement ».

Mais comme on l'a vu, en 1995 avec Juppé ou en 2003 avec Fillon, ce n'est pas la couleur politique du gouvernement qui détermine en fait l'attitude de collaboration ouverte avec celui-ci. La CFDT est surtout sensible aux positions qu'elle monnaye en échange de sa collaboration et de sa signature.

Ainsi, pour justifier leur ralliement au patronat, les dirigeants de la CFDT expliquent que l'ANI accroît le champ d'intervention des syndicats auprès du patronat. De fait, il renforce l'appareil, et donne aux élus, aux représentants du personnel un plus grand rôle, au moins sur le papier : le texte prévoit que le patronat doit négocier avec les syndicats « la gestion de l'emploi et des compétences (GPEC), élargie aux grandes orientations du plan de formation », faisant d'eux des conseilleurs de patrons, des collaborateurs. La CFDT se félicite aussi que : « les élus au comité d'entreprise et au CHSCT, les délégués du personnel et les délégués syndicaux auront une meilleure vision de la stratégie de l'entreprise. Le processus d'information-consultation (...) doit leur permettre de tirer la sonnette d'alarme avant qu'il ne soit trop tard. » Les syndicalistes pourront donc accompagner le patronat dans la gestion de l'entreprise, le conseiller... tant que celui-ci les tolère, car le pouvoir restera celui des propriétaires des moyens de production, celui des capitalistes. La CFDT se vante d'une « victoire » : la mesure qui prévoit l'entrée de syndicalistes dans les conseils d'administration des 200 plus grandes entreprises du pays. Ils seront admis avec voix délibérative, mais en étant tenus à la confidentialité vis-à-vis du personnel, pour qui cette prétendue « victoire » sera donc sans intérêt.

Quant aux accords de flexibilité dont l'accord assure la légalisation, et qui étaient le fond de la question, il faudra une signature majoritaire des organisations syndicales. Cela veut dire que les syndicats seront invités à la négociation et associés à la remise en cause des conditions de travail et de salaire des travailleurs. L'argument patronal sera bien entendu « d'accepter des sacrifices au nom de la sauvegarde des emplois », comme ils disent, car, chiffres à l'appui, que lui seul contrôle, le patronat ne manquera pas de justifier qu'il n'y a pas d'autre solution. Et les organisations syndicales complaisantes assureront le service après-vente auprès des travailleurs, en essayant de les convaincre d'accepter sans se battre les plans patronaux.

C'est là le fond de la politique de la CFDT : se faire reconnaître par la bourgeoisie comme partenaire à tous les niveaux. La CFDT défend ainsi l'idée que la négociation entre syndicats et patronat doit primer sur le cadre législatif, sur les décisions de l'État. C'est ce que disait Laurent Berger, le successeur de Chérèque, pour justifier la signature de l'ANI le 10 janvier 2013 : faire la démonstration que le syndicalisme est « capable d'apporter des réponses à la crise par la négociation ». Exit la question du rapport de force, la question de la mobilisation des travailleurs. Le résultat est donc connu d'avance : le patronat décidera et les dirigeants et les militants syndicaux qui suivront cette ligne n'auront plus qu'à se faire les promoteurs auprès des travailleurs des accords passés dans leur dos, en combattant toute idée de lutte de classe.

La CGT et le gouvernement Hollande-Ayrault

L'attitude de la CGT, la confédération qui pourrait réellement compter sur le terrain des luttes et des mobilisations sociales, est différente, sur la forme, de celle de la CFDT. Mais, sur le fond, l'est-elle tant que cela ? D'abord, en appelant à voter Hollande, la CGT entendait se positionner pour les futures discussions avec le patronat et le gouvernement. En faisant cela, la CGT contribuait une fois de plus à faire passer le PS comme pouvant être dans le camp des travailleurs, désarmant ceux-ci face l'offensive qui ne manquerait pas de venir de la part de ce parti qui a déjà plusieurs fois démontré qu'il était dans le camp de la bourgeoisie.

Désarmer les travailleurs, c'est ce que la CGT a continué de faire en accompagnant tout le processus de négociations qu'ont mis en place Hollande et son gouvernement depuis son investiture.

À propos de l'ANI sur la flexibilité, la CGT a certes protesté contre le texte que le Medef a écrit et qui a servi de base à la négociation. La CGT a dénoncé à juste titre « le Medef qui veut imposer une régression historique ». Mais elle est restée à la table de négociations qui ne pouvaient, en dehors de toute pression de la classe ouvrière, que se conclure par de nouvelles attaques. Pendant cette comédie, le gouvernement n'est pas resté inactif et a accouché du plan Ayrault sur la compétitivité : 20 milliards de cadeaux supplémentaires au patronat, financés en partie par la hausse de la TVA au 1er janvier 2014 et en partie par des coupes dans les budgets publics. Les négociations ont abouti le 11 janvier 2013, avec la traditionnelle dramaturgie des fins de négociations, pour faire croire que chacun des signataires avait arraché quelque chose d'essentiel.

Seules les confédérations CGT et FO n'ont pas signé, à juste titre. Mais elles n'ont pas cherché à répondre à la déclaration de guerre que représente cet accord. Bien au contraire. Ainsi, le 22 février 2013, un mois après la signature de l'ANI, la CGT s'est rassise à la table de négociations sur le thème de la « qualité de vie au travail ». « Les retrouvailles ont été paisibles », racontent Les Échos !

La CGT a fini par organiser deux journées d'actions, mais sans réelles perspectives. Lors d'une série de réunions publiques devant préparer la première d'entre elles, celle du 5 mars, la CGT expliquait qu'il fallait, après la manifestation, que les unions locales interpellent les députés pour leur demander de ne pas voter l'ANI en l'état. Comme si les députés PS n'allaient pas exécuter les ordres de leurs chefs au gouvernement ! Pour que les députés ne votent pas le texte, il aurait fallu que la mobilisation des travailleurs leur fasse une peur salutaire. En outre, la direction de la CGT s'est toujours bien gardée d'exiger le retrait de l'accord. Elle expliquait que le retrait, cela voulait dire revenir à l'état antérieur et que l'état antérieur n'était de toute façon pas bon, que ce qu'il fallait, c'était amender le texte, c'est-à-dire en fait entériner l'essentiel !

Dans une interview au journal Les Échos, le 13 mars 2013, entre les deux manifestations et alors que les députés examinaient la transposition de l'accord dans la loi, Thierry Lepaon affirmait qu'il « n'avait pas peur de dire que certaines mesures du gouvernement vont dans le bon sens », et fixait la ligne de sa confédération : « la question n'est pas de choisir entre négociation et contestation, mais de rester pragmatique et efficace. Je ne veux pas d'une CGT qui se contente de dire non, et cette image est caricaturale. La CGT n'est pas opposée au changement, elle le prouve au quotidien en signant des accords dans les entreprises. » Bref, il n'était pas question pour la CGT de rompre les ponts avec le gouvernement à propos de cette régression pourtant « historique », selon ses propres termes, qu'est l'ANI.

La deuxième manifestation, le 9 avril, fixée au jour du premier vote à l'Assemblée nationale, ressemblait donc à un baroud d'honneur. Quant aux amendements auxquels travaillaient savamment les juristes de la CGT, ils passèrent directement aux oubliettes puisque le gouvernement décida de faire adopter la loi en procédure accélérée, répondant ainsi aux injonctions de Laurence Parisot qui invitait les parlementaires à voter un texte retranscrit fidèlement, et montrant ainsi qui sont les vrais maîtres.

Bilan de cette volonté de la CGT de participer aux négociations ouvertes par le gouvernement : patronat et gouvernement ont eu les mains complètement libres.

La poursuite du recentrage de la CGT

L'attitude actuelle de la CGT n'est pas une surprise. Elle aussi poursuit son recentrage entamé il y a une petite vingtaine d'années. En mars 2013, elle tenait son 50e congrès à Toulouse. Bernard Thibault passait la main à Thierry Lepaon, ex-syndicaliste de Moulinex, et qui s'est depuis recasé dans l'appareil confédéral. Il était jusque-là membre du Conseil économique et social, un organisme où patronat et syndicats discutent de l'avenir. Thierry Lepaon est aussi connu pour avoir négocié en 2009 avec le patronat, dans une bonne entente, la gestion paritaire des fonds de formation professionnelle.

Le document d'orientation du congrès précise l'attitude confédérale : il s'agit de ne pas « se laisser enfermer dans un syndicalisme de réaction », il s'agit de mettre en avant « une démarche de négociation assise sur la construction du rapport de force indispensable face à un patronat lui aussi déterminé et un gouvernement insuffisamment à l'écoute des attentes sociales », de radicaliser son discours « sans se bunkeriser », en concluait le journal Le Monde. Mais en ce qui concerne la construction du rapport de force, on l'a vu, il n'est pas vraiment question que cela soit dans la rue. Il s'agit de construire un rapport de force en cherchant à s'associer à la CFDT. C'est cela que recouvre la politique affichée du « syndicalisme rassemblé » qu'a défendue la direction de la CGT et qui a soulevé, au moins chez 15 % des délégués du congrès de Toulouse, une colère bien justifiée.

Le positionnement de la CGT répond, non pas aux intérêts des travailleurs, mais à une logique d'appareil : pour exister, sa direction doit être acceptée dans les salons où l'on discute avec le patronat et le gouvernement, et ses propositions doivent être plus ou moins entendues. Il est donc hors de question d'être radical. D'autre part, pour conserver son audience électorale, car c'est cela qu'elle monnaye auprès du gouvernement et du patronat, autant que sa capacité à mobiliser les travailleurs, elle doit adapter ses positions à la démoralisation, ce qui dans la période actuelle revient à un alignement de plus en plus voyant sur les positions de la CFDT. Qu'une telle politique désarme les plus combatifs et aggrave encore la démoralisation, ce n'est pas visiblement le souci des dirigeants de la bureaucratie syndicale.

Le recentrage de la CGT a été marqué de plusieurs étapes. Il démarre au milieu des années 1990 avec la prise de distance entre l'appareil confédéral et la direction du PCF. La CGT passait jusqu'alors pour être la courroie de transmission du PCF. Mais, à partir des années 1990, les dirigeants de l'appareil syndical n'avaient plus vraiment grand-chose à gagner d'être lié trop fortement à un parti en pleine déconfiture électorale. Ils firent le raisonnement que ce lien trop affiché pouvait entamer à son tour le crédit de la confédération. Mais si la CGT n'était plus la courroie de transmission du PCF, elle devait revenir dans le jeu syndical classique, celui qui fait que les organisations syndicales existent si elles sont reconnues comme des interlocuteurs responsables.

Pour cela, il fallait que l'appareil CGT montre patte blanche. L'un des premiers gestes en ce sens a été, pour les dirigeants de la CGT, de démissionner de la direction du PCF ou de ne plus y participer, même s'ils en restaient des adhérents. En 1996, Louis Viannet quittait le bureau national du PCF. En 2001, Bernard Thibault se retira du conseil national. Pour marquer cette prise de distance, il refusa que la CGT s'associe à des manifestations organisées par le PCF. La CGT disait vouloir « rompre » avec « la politique ». Thibault déclarait alors « qu'aucune organisation syndicale (...) n'est et ne sera jamais une composante d'une majorité gouvernementale. (...) L'indépendance exclut toute attitude de soutien ou de co-élaboration d'un projet politique quel qu'il soit. » Cet apolitisme affiché n'empêcha pas Thibault d'être reçu triomphalement en mai 2003 au congrès... du PS ! Et si la CGT n'a plus appelé à voter pour les candidats PCF aux élections, elle a appelé à voter Chirac en 2002 et Hollande en 2012 ! Autre signe à l'attention de la bourgeoisie, la rupture avec la Fédération syndicale mondiale (FSM) et l'adhésion à la Confédération européenne des syndicats (CES) en 1995. La FSM était liée à l'URSS tant que celle-ci existait, tandis que la CES regroupait à ses origines les syndicats « pro-occidentaux » et anticommunistes. Le recentrage s'est poursuivi dans les textes de la confédération : en 1995, en pleine grève contre le plan Juppé de réforme de la Sécurité sociale, la CGT faisait disparaître de ses statuts les références à la socialisation des moyens de production et l'objectif de l'abolition du salariat. Tout un symbole. Un recentrage qui s'est poursuivi avec les déclarations de Thibault, qui affirmait : « Il ne faut pas rechigner systématiquement à user du stylo quand il est probable ou patent que les salariés le souhaitent. Il faut faire voler en éclats le mythe de l'avant-garde éclairée. » Si les choses n'étaient pas encore assez claires, Thibault est désormais membre du comité de soutien à la candidate PS à la mairie de Paris, Anne Hidalgo !

Cette démarche qui consiste à s'aligner sur l'opinion majoritaire des salariés est en fait une démission du rôle que devraient tenir des militants ouvriers conscients. Avec le chômage qui pèse sur les épaules des travailleurs, le patronat exerce purement et simplement un chantage à l'emploi et dicte ses conditions. Les syndicats devraient dénoncer ce chantage, s'appuyer sur ceux qui résistent, même s'ils sont minoritaires, et qui savent que céder n'empêche jamais un patron de fermer une usine quand il le décide.

Ce recentrage s'est accompagné de la mise en avant de la CGT comme force de proposition. La direction de la CGT reprenait ainsi un langage que beaucoup de militants croyaient l'apanage de la CFDT. Thibault écrivait : « La gestion des entreprises a longtemps représenté un tabou pour les syndicats. » Il ajoutait : « Les représentants des salariés doivent pouvoir intervenir sur les modalités de la création de richesses. Il s'agit d'influer sur les décisions, de contrôler leur exécution, de faire prendre en compte les exigences sociales. » Dans le cadre du capitalisme, cela revient à la politique de la CFDT : demander que les représentants syndicaux soient admis dans les conseils d'administration pour convaincre gentiment les actionnaires avec des arguments économiques de bon sens. Et c'est pour cela, entre parenthèses, que la CGT n'a pas exigé le retrait de l'ANI, mais son aménagement.

C'est une politique, une orientation que l'on retrouve aussi au travers de la demande, récurrente, d'une « politique industrielle ». Ainsi Thierry Lepaon a-t-il envoyé le 26 avril 2013 une lettre ouverte à Hollande pour lui demander, poliment, d'adopter une politique industrielle, en précisant bien : « Ce n'est pas une démarche hostile, pas du tout. C'est une démarche de responsabilité. » Mais laisser penser que le gouvernement, de quelque couleur qu'il soit, pourrait conduire une autre politique que celle exigée par la grande bourgeoisie, c'est trahir, une fois de plus, les travailleurs, car c'est leur demander de renoncer à la seule force qui puisse leur permettre se sauver leur peau, la force de leurs mobilisations.

La CGT : du PCF au PS ?

La prise de distance entre la CGT et le PCF n'a pas changé la nature de la CGT. La bureaucratie syndicale a changé de politique, mais elle est restée bureaucratie syndicale. Les discours sur la volonté de ne plus se mêler de politique sont bien sûr hypocrites. C'est au nom de cela que la CGT n'a par exemple pas voulu manifester contre la hausse de la TVA le 1er décembre 2013, car la manifestation était marquée par le Front de gauche qui critiquait ouvertement, et à juste titre, la mesure gouvernementale. Mais ce prétendu apolitisme n'a pas empêché la CGT de participer aux manifestations du 31 novembre contre le racisme, des manifestations organisées par le PS et visant à remobiliser ses troupes derrière lui, sur un terrain sans risque.

En fait, sur toutes les questions qui se sont posées depuis dix-huit mois, il est manifeste que l'appareil de la CGT a choisi de coller au gouvernement, de ne pas rompre avec lui pour être en position de rester dans le jeu de la négociation ouvert par Hollande et Ayrault, afin d'être invitée aux négociations suivantes. C'est en substance ce que disait Lepaon à une journaliste des Échos, en novembre dernier. Il indiquait qu'il tirait un « bilan contrasté » des mesures gouvernementales. La journaliste lui a alors demandé « Pourquoi ménager­ l'exécutif ? » Ce à quoi Lepaon répondit, après avoir donné quelques bons points à Hollande : « Je n'essaie pas de ménager le gouvernement en place. Mais je suis conscient des difficultés économiques dans lesquelles nous sommes. Le jeu qui consiste à tirer sur une ambulance est dangereux. Cela ne m'empêche pas de dénoncer le fait que le gouvernement actuel est plus attentif à ce que dit le patronat qu'à ce que disent les salariés. L'absence de réponse politique aux attentes sociales favorise le désespoir et le repli sur des solutions individuelles. C'est cela qui conduit les salariés à se tourner vers le vote FN. »

La CGT ne tirera donc pas sur l'ambulance et en appelle à la « conscience » du gouvernement...

La concurrence CGT-CFDT

Le recentrage de la CGT comme un syndicat de propositions et de négociations la met directement en concurrence avec la CFDT dont c'est le terrain de prédilection. La force de la CGT, et sa différence avec la CFDT, c'est sa capacité de mobiliser sur le terrain des grèves et des manifestations, ce dont la CFDT est bien incapable. Pour rester dans le jeu de la négociation, force est de constater que la CGT a utilisé avec beaucoup de précautions son pouvoir de mobilisation. Seulement deux manifestations contre l'ANI avec des objectifs mesurés, pour des amendements balayés d'un revers de main, deux manifestations contre la réforme des retraites de Hollande, avec des objectifs tout aussi mesurés. En fait, l'objectif réel de ces manifestations était de rappeler au gouvernement le pouvoir de mobilisation de la CGT, mais sans l'utiliser vraiment, sans rompre, pour lui dire qu'il devrait compter autant avec elle qu'avec la CFDT.

C'est ce que dit Thierry Lepaon en substance en novembre 2013 au journal Les Échos. À la journaliste lui demande s'il est énervé par l'écoute dont la CFDT bénéficie auprès du gouvernement, il répond : « Je pense que Jean-Marc Ayrault a choisi la CFDT, mais je ne pense pas que la CFDT a choisi Jean-Marc Ayrault. Par contre, ce qui est sûr, c'est que la CGT a appelé à voter pour le départ de Nicolas Sarkozy et l'arrivée de François Hollande. C'est tout le paradoxe dans lequel est le Premier ministre. » Lepaon rappelle ainsi les services rendus par sa confédération, tout en faisant le constat amer que le renvoi d'ascenseur n'y est pas ! Et il poursuit : « Quand on est Premier ministre, on doit avoir le même respect pour tous les partenaires sociaux, les traiter à égalité, ce qui n'est pas le cas. Tout le monde sait que, sur les retraites, Jean-Marc Ayrault a mené un travail parallèle avec la CFDT, dont il a fait son partenaire privilégié. C'est irresponsable de la part d'un Premier ministre de fonctionner ainsi, comme de ceux qui l'acceptent. »

Une confédération divisée

La négociation sur la formation professionnelle a révélé l'une des nombreuses fractures dans la CGT. Lepaon avait négocié en 2009 le précédent accord sur la formation professionnelle, signé par la centrale. Et pour tous, il n'y avait guère d'obstacles à une nouvelle signature sur la mouture 2013-2014 de l'accord. Cet accord fixe le taux de cotisations patronales et attribue à des organismes paritaires, dépendants des syndicats patronaux et de salariés, le pouvoir de collecte. Ces organismes paritaires collecteurs agréés (OPCA) collectaient jusque-là plus de 6 milliards d'euros. C'est au travers de ces OPCA que les syndicats ouvriers comme patronaux trouvent une partie de leur financement (entre 80 et 90 millions d'euros, plus que les cotisations des adhérents).

Les négociations sur la formation professionnelle ont pris fin le 14 décembre 2013. Toutes les organisations syndicales ont indiqué qu'elles allaient signer le texte, sauf la CGT, alors que tout le monde, y compris le gouvernement, s'attendait à ce que la CGT signe comme en 2009. Mais si la direction de la CGT, Lepaon en tête, était favorable à une signature, alors que l'accord prévoyait une baisse des cotisations patronales ne pouvant annoncer qu'une baisse des prestations en termes de formation, la délégation des négociateurs CGT s'y est farouchement opposée, dénonçant « une parodie de négociation ». Sans nul doute, cette négociation devait être une parodie, mais comme toutes les négociations quel que soit le sujet, le cadrage gouvernemental fixant les limites acceptées par le grand patronat.

Cet épisode révèle probablement les désaccords au sein de la direction de la CGT sur l'attitude à adopter. Comme on l'a vu, la CGT n'est pas entièrement satisfaite du retour de son investissement politique en faveur du gouvernement. Et toute une partie de l'appareil peut craindre de payer trop cher un alignement trop voyant sur un gouvernement dont la popularité est au plus bas. Une partie de l'appareil peut vouloir durcir le ton, au moins le temps que le gouvernement réajuste son attitude en cessant de privilégier la CFDT, comme le dénonçait Lepaon. Mais, quoi qu'il en soit, ces calculs sont bien ceux d'un appareil loin des problèmes des travailleurs, qui subissent la montée du chômage, la hausse des prélèvements, des taxes et des impôts, et le blocage des salaires.

Conclusion

Une des conséquences dramatiques de l'orientation de la CGT est la démoralisation croissante des travailleurs qui, à force de fausses mobilisations, ont l'impression de ne pouvoir rien faire. À cela s'ajoute le recul de la conscience politique et sociale des militants syndicaux, qui sont emmenés sur le terrain de la négociation et du compromis avec le patronat.

Cette politique hypothèque aussi l'avenir car, même si la CGT changeait de politique, en faisant le choix, comme elle l'a fait en 1995, en 2003 et en 2010, d'essayer de mobiliser les travailleurs à un moment où le pouvoir voulait contourner les organisations syndicales, il n'est même pas certain qu'elle y réussirait. Car il lui faudrait aller d'abord contre les idées et les pratiques qu'elle implante elle-même au jour le jour dans le monde du travail. En ce sens, en abandonnant ouvertement le terrain de la lutte de classe pour celui du compromis social et du tapis vert, la CGT hypothèque aussi son propre avenir, en ressemblant de plus en plus à une CFDT avec laquelle elle est de plus en plus en concurrence frontale, comme deux boutiquiers vendant la même camelote sur la même place.

Sur le fond, la collaboration des confédérations syndicales avec le gouvernement et avec le patronat n'est que la manifestation de leur intégration croissante au capitalisme. Les confédérations syndicales ont, et en fait depuis longtemps, renoncé à défendre les intérêts politiques et matériels des travailleurs, à organiser leurs luttes, à leur expliquer qu'ils ne peuvent compter que sur eux-mêmes. Mille liens humains, financiers, politiques rattachent les confédérations syndicales à la société bourgeoise et aux multiples institutions que la bourgeoisie a construites pour les y associer. En renonçant à combattre le capitalisme, les confédérations syndicales n'ont finalement pas d'autre choix que d'accompagner la politique antiouvrière des gouvernements, de droite ou de gauche. Elles le font soit ouvertement comme la CFDT, soit honteusement, mais de moins en moins honteusement, comme la CGT. Mais elles le font.

Aussi les militants ouvriers, s'ils doivent militer syndicalement pour avoir le contact avec les travailleurs les plus conscients, à la base, ne peuvent pas se contenter de militer syndicalement. Aujourd'hui, les confédérations syndicales ne font qu'accompagner les politiques antiouvrières, mais demain, si la bourgeoisie l'exige, elles lui fourniront, comme par le passé, des ministres s'il le faut pour endiguer la montée ouvrière. C'est précisément pour cela que l'existence d'un parti révolutionnaire est vitale. Les travailleurs se heurteront inéluctablement aux bureaucraties syndicales avant de se heurter à la bourgeoisie elle-même et à son appareil répressif. Le rôle d'un parti révolutionnaire est d'offrir une politique aux plus conscients des travailleurs pour déjouer ces pièges, démasquer les faux amis, affronter les vrais ennemis. Construire ce parti, former des militants ayant la confiance du plus grand nombre de travailleurs à travers la lutte quotidienne contre l'exploitation, à l'intérieur des syndicats ou en dehors quand les tempêtes sociales les dépassent, voilà le programme des révolutionnaires.

11 février 2014