Dien Bien Phu

Le 13 mars 1954, c'était il y a neuf ans, le premier jour de l'attaque du camp retranché de Dien Bien Phu. Ce nom, mais personne ne le savait encore, devait devenir le symbole de la défaite de l'impérialisme français par le mouvement de libération nationale du peuple vietnamien. Effectivement, l'imprenable Dien Bien Phu dont l'armée française était si fière devait capituler après 55 jours de combats.

En fait l'armée française et le commandant de Castries, commandant de la place attendaient cette attaque et même la souhaitaient, persuadés que le Vietminh ne pourrait concentrer suffisamment de forces pour sortir victorieux d'une bataille rangée « classique ».

C'est délibérément que le commandement français avait choisi la cuvette de Dien Bien Phu dans cet arrière-pays montagneux. Il voulait obliger Giap, commandant les troupes Vietminh à attaquer de front. Sa cécité politique l'empêchait de voir la croissance de l'armée vietminh. Pour nos militaires bornés, la « guérilla » était la forme spécifique de la guerre révolutionnaire0. Dans leur esprit, il suffirait d'obliger les « rebelles » à abandonner cette tactique, à changer de méthodes de combat et alors la supériorité technique de l'armée française les écraserait.

Mais la « guérilla » n'est pas une tactique relevant d'une idéologie particulière. C'est tout simplement un mode de combat utilisé contre un adversaire plus fort militairement que l'on ne peut affronter directement. Même Duguesclin n'avait pas « inventé » la guérilla.

Toutes les populations occupées par des forces étrangères ont utilisé la « guérilla » qui consiste à se battre avec ce qu'on a, à faire de sa faiblesse une force, à attaquer par surprise avec des forces faibles mais rapides, très mobiles, échappant à l'adversaire dès le coup de main réalisé. C'est une tactique de harcèlement qui rend une occupation de territoire invisible lorsque toute la population s'en mêle mais qui n'est pas spécifique des révolutionnaires, tout au plus caractérise-t-elle le début des insurrections populaires en particulier dans les pays coloniaux. Mais dès qu'un mouvement peut disposer d'armées ressemblant à celles de l'adversaire, il le fait. C'est ainsi que le mouvement vietminh essaya de renforcer ses troupes. Dès 1950-51 lorsqu'il eut un peu de matériel du la Chine, notamment des camions, les longs cortèges de coolies-soldats se modernisèrent. Les canons, mortiers, armes lourdes, essentiellement pris dans des coups de main contre l'armée française, plus les armements fabriqués par le Vietmninh dans le pays commencèrent à faire des forces vietminh non plus des corps de guerilleros, mais une armée capable d'attaquer des places fortifiées.

L'armée vietminh n'avait encore jamais attaqué une place forte de l'importance de Dien Bien Phu, mais, alors que le commandement français s'imaginait avoir construit un piège pour le Vietminh, un observateur attentif aurait pu pressentir la vanité de ce piège. Dien Bien Phu n'était cependant pas si facile à prendre. Et il fallut l'héroïsme et l'enthousiasme des troupes combattant pour leur libération pour vaincre dans un tel combat.

Dien Bien Phu est une cuvette de 10 km de long et de 3 à 6 km de large, au milieu d'une chaise de très hautes montagnes, bordée de petites collines à la base. Dans la cuvette, le village de Muong Thanh et deux camps d'aviation. Au Nord, trois postes fortifiés avec chacun un bataillon. Au centre et à l'est, deux sous-secteurs, à l'ouest 30 points fortifiés. Au Nord le poste de Him Lambarre l'unique voie carrossable jusqu'à Muong Thanh. Le commandement français comptait essentiellement sur l'aviation.

Pour le Vietminh il était impossible de ne pas attaquer cette place fortifiée en plein coeur du pays. Et ce fut le long travail de préparation en vue de l'épreuve de force déterminante.

Les unités vietminh venues du Delta tonkinois durent effectuer 400 km pour approcher du camp. Il fallut quinze nuits de marche, en essayant de perdre le moins d'hommes et d'armement possible. Il y avait des récompenses pour l'unité qui arriverait au complet (un taureau).

C'était la première campagne où les Viets engageaient des batteries de 105 et de la D.C.A. Les pièces de deux tonnes, remorquées derrière des camions sur roues, devaient, dans les montagnes, être tirées à bras, le poste d'Him Lam barrant la route 41, il fallut creuser à flan de montagne des routes carrossables pour les camions, ceci sur douze kilomètres, en passant trois cols. Il fallut sept nuits pour hisser sur les cols ces tonnes d'acier. La descente des cols fut encore plus pénible et exigea vingt nuits. Comme l'aviation française patrouillait le jour, bombardant et arrosant de Napalm les montagnes, pour les soldats Viets, il fallait rester dans son trou individuel toute la journée pour se protéger des bombardements, et, la nuit, creuser la terre et assurer le camouflage. Ils avançaient de 500 mètres ou un kilomètre par nuit, sur la fin.

La construction des voies de communication nécessitait un gros effort car pour cela les soldats terrassiers n'avaient pas d'outillage. Pourtant, il fallait combler des rivières de quarante à cinquante mètres, attaquer des parois rocheuses, abattre d'énormes arbres. L'ingéniosité était indispensable. Pour abattre les arbres, ils mettaient à nu les racines puis les tranchaient avec des coupe-coupes, afin que l'arbre déraciné s'abatte tout seul.

Le ravitaillement posait un gros problème. L'armée Vietminh avait des fourneaux spéciaux brûlant sans fumée pour ne pas être repérables de jour par l'aviation, mais, la nuit, ils l'étaient par la clarté du foyer et sous le bombardement, le riz était consommé cru ou brûlé, mais jamais cuit. L'armée se nourrissait en forêt de racines d'ignames, (les paysans pauvres étaient les « meilleurs spécialistes » pour les trouver). Un chantier de pêche fut créé.

Pendant ce temps, les troupes françaises pilonnaient et incendiaient les forêts. Des bataillons attaquaient un peu dans toutes les directions. La colline 75 changea onze fois de camp, Mais l'encerclement Vietminh se poursuivait.

La victoire ne fut arrachée qu'au prix d'énormes travaux de retranchement. Tout le front Vietminh n'était qu'une immense tranchée, Le mot d'ordre était « sans tranchée pas de combat ». Le camouflage posait un gros problème de par les grosses quantités de bois qu'il fallait aller chercher à des kilomètres dans la forêt. Mais, peu à peu, le front Vietminh s'approchait auprès des fortifications françaises, malgré les sorties des paras français, sorties effectuées plusieurs fois par jour, sous la protection des blindés, pour essayer de combler les boyaux ou de les piéger. Malgré cela, l'étau se resserrait de plus en plus.

Le 13 mars 1954 l'attaque est déclenchée par le vietminh. l'assaut à lieu contre le poste de him lam (béatrice) occupé par le 3e bataillon de la division blindée et de la légion etrangère. c'est un poste clé pour la protection des terrains d'aviation de muong thanh. il comprend trois collines derrière un réseau de barbelés large de trente à quarante mètres. a 16 heures l'armée vietminh ouvre le feu. a la tombée de la nuit les groupes de choc vont avec les explosifs faire sauter les barbelés. après 6 heures de combats hin lam est occupé par le vietminh. doc lap (gabrielle) sera attaquée et occupée le 14 avril. l'ultime assaut sera donné à partir du 18 avril, et le 7 mai, la bataille de dien bien phu prendra fin.

Dans ce combat où l'inégalité de l'armement et du matériel est frappante, malgré les quelques pièces lourdes de l'armée Vietminh, la participation et le dévouement des masses vietnamiennes fut l'élément déterminant de leur victoire, D'une part, l'armée vietminh était numériquement bien plus importante que les troupes stationnées en Indochine (150 000 hommes) et, d'autre part, chaque paysan et paysanne vietnamien, constituait un soutien à l'armée de libération. L'héroïsme et le dévouement du peuple vietnamien luttant pour son indépendance étaient reconnus même par la presse réactionnaire de métropole.

Par contre, les troupes françaises, elles, se battaient pour une « sale guerre » vomie par une partie de plus en plus grande de la population française et leur combat était à l'avance désespéré.

Après Dien Bien Phu l'armée française était loin d'être rejetée à la mer, mais la métropole ne pouvait supporter de transformer son « opération de police » assurée par l'armée de métier et les volontaires en guerre ouverte et y envoyer le contingent,

Ce fut la raison pour laquelle Dien Bien Phu sonna le glas du colonialisme français.