Le 50e congrès de Lutte ouvrière

Ce numéro rassemble les textes et discussions du cinquantième congrès de Lutte ouvrière, qui s’est réuni les 19 et 20 décembre dernier. Quatre textes d’orientation étaient soumis à la discussion et au vote des délégués :
  • L’aggravation de la crise de l’économie capitaliste ;
  • La situation internationale ;
  • La situation intérieure ;
  • Aujourd’hui comme hier, socialisme ou barbarie.

Ces quatre textes ont été adoptés à l’unanimité, et nous nous félicitons de ce que cela traduit de cohérence politique dans nos rangs. Nous publions ci-dessous les trois premiers textes, le quatrième ayant déjà été publié dans Lutte de classe (no 211, novembre 2020).

Par ailleurs, le congrès a adopté unanimement une motion pour la candidature de Nathalie Arthaud à l’élection présidentielle de 2022, motion que nous publions également ci-dessous. L’ensemble de ces textes avaient été rédigés à la fin du mois d’octobre et au début du mois de novembre, et soumis à la discussion.

Le congrès a largement discuté des crises sanitaire et économique, et des problèmes qu’elles posent aux communistes révolutionnaires que nous sommes. Nous avons dressé un bilan de notre activité au cours de l’année écoulée, évoqué les comptes de notre parti et la diffusion de notre presse. Comme nos lecteurs le savent, nous avons dû annuler notre fête annuelle à Presles, mais quelques fêtes régionales ont pu se tenir. Nous sommes revenus sur notre participation aux élections municipales de mars 2020, où Lutte ouvrière a présenté 260 listes dans 240 communes. Nous avons évoqué les élections régionales de 2021, où nous comptons également nous présenter.

Ci-après, nous reproduisons également des extraits des discussions sur les textes d’orientation et sur nos tâches.

Des représentants d’organisations liées à Lutte ouvrière au sein de l’Union communiste internationaliste (trotskyste) ont également participé à notre congrès. Des camarades de Combat ouvrier (Martinique et Guadeloupe), de l’UATCI (Côte d’Ivoire), de l’OTR (Haïti), de Workers’ Fight (Grande-Bretagne), de Sınıf Mücadelesi (Turquie), de Bund Revolutionärer Arbeiter (Allemagne) et de l’île de La Réunion ont pris la parole. Nous reproduisons quelques extraits de leurs interventions.

Enfin, le congrès a élu les organes de direction de Lutte ouvrière : comité central et comité exécutif.