Russie : Poutine, le démagogue Navalny et un mécontentement social persistant

Le 20 février, comme chaque année, le président russe Vladimir Poutine a tenu un grand show médiatique : il s’est adressé aux députés et sénateurs réunis, devant les caméras de toutes les chaînes de télévision. À en juger par le contenu de son « adresse au Congrès », il avait à l’esprit, sinon sous les yeux, la teneur d’un récent sondage de l’institut indépendant Levada. Mené dans 52 régions, celui-ci fait apparaître qu’une majorité de personnes interrogées souhaitent la démission du gouvernement, du jamais vu ; que 57 % d’entre elles pointent l’incapacité du gouvernement à enrayer la hausse des prix et le déclin du pouvoir d’achat des salaires, des pensions ; et que 46 % dénoncent le manque d’emplois.

Une crise de confiance

Cette allocution se voulait une « réponse directe à la sérieuse crise de confiance dans le pouvoir qui affecte la population », selon la revue économique Expert du 25 février. La première et principale partie de son discours (70 minutes sur une heure et demie), Poutine l’avait placée sous le signe de la lutte contre la pauvreté, de l’annonce de mesures dites de soutien social. Et d’insister : « Dans un délai des plus rapprochés, les gens doivent pouvoir constater de réels changements qui améliorent leur vie », en reprochant à son gouvernement de ne pas l’avoir fait plus tôt. Une posture qu’il affecte depuis deux décennies : celle du « bon tsar » à l’écoute son peuple, qu’il protégerait contre les « méchants boyards » que sont certains ministres, des hauts fonctionnaires ou des oligarques...

Le problème pour Poutine, et pour le régime russe actuel qui repose jusqu’à un certain point sur l’aura de son chef, est que si ce dernier bénéficie encore de la confiance d’une majorité de la population, selon les mêmes sondages, sa cote de popularité a nettement chuté. Cela en quelques mois. Il y a moins d’un an, il avait réussi à se faire réélire triomphalement à la présidence de la Fédération de Russie. Mais entre-temps, il y a eu les trois mois de contestation dans la rue d’une série de mesures antipopulaires du pouvoir : la hausse de la TVA et surtout un fort recul de l’âge de départ en retraite pour les salariés, les femmes étant plus durement frappées que les hommes. Depuis, le régime et son chef n’ont toujours pas réussi à remonter la pente d’une impopularité relative, mais qui dure.

La faiblesse d’un « régime fort »

Le discrédit de leurs dirigeants est une donnée de la vie politique des grands États. On le constate partout, et ce phénomène s’accentue avec la crise, les classes possédantes et dominantes exigeant de ceux qui sont aux commandes qu’ils pressurent toujours plus les classes laborieuses. Un Macron qui a cristallisé sur sa personne la colère des gilets jaunes, ou avant lui les Hollande, Sarkozy, etc., qui avaient été vomis pour les mêmes raisons, cela n’a rien d’exceptionnel. Mais, dans tous les pays capitalistes développés, l’appareil politique de la bourgeoisie a depuis longtemps mis en place des mécanismes permettant de remplacer, sans heurts pour le système, ceux de ses dirigeants qui s’usent au service de la classe possédante. C’est l’essence même de la démocratie bourgeoise.

En Russie, le discrédit de celui qui exerce le pouvoir suprême pose au régime un problème d’une autre nature et ampleur qu’en Occident. Et cela pour toute une série de raisons liées à ce qu’a été l’Union soviétique, à ce qu’elle a légué à la Russie d’Eltsine, puis de Poutine, et au fonctionnement, à l’organisation de l’État qui en découlent. On pourrait résumer cela en un mot : son étatisme. Sous Staline, l’État et particulièrement sa police étaient assez forts pour étouffer, écraser toute voix discordante. Malgré son autoritarisme et ses méthodes musclées, Poutine n’a évidemment pas les mêmes moyens d’imposer le silence dans les rangs.

En 2000, dans une Russie laissée en ruines par l’effondrement de l’URSS, puis par la décennie du pillage à tout-va sous Eltsine, Poutine était apparu comme l’homme de la situation : il allait sortir le pays du chaos. En restaurant la « verticale du pouvoir » disait-il, il se faisait fort de rétablir un fonctionnement de l’appareil d’État qui assure leur position à la myriade de ceux qui en font partie, les bureaucrates, et qui, parce qu’ils détiennent une parcelle du pouvoir étatique, forment la principale couche sociale dominante et privilégiée du pays.

Pour rassurer la bureaucratie, son nouveau chef s’était construit dans l’opinion l’image d’un protecteur de la nation, sévère mais juste, auquel donc la population était censée pouvoir se fier pour améliorer son sort. De surcroît, Poutine avait alors profité de circonstances favorables car la fin du chaos dans l’État a coïncidé avec une légère reprise économique entre deux soubresauts de la crise mondiale : en dopant les revenus que l’État tire de l’exportation d’hydrocarbures et de matières premières, cela avait permis d’améliorer quelque peu le niveau de vie de millions de travailleurs.

Mais cette toute-puissance retrouvée de l’État russe reposait vis-à-vis de l’opinion sur un Poutine omniprésent dans les médias, intervenant sur tous les fronts, ici pour intimer à un oligarque de payer ses ouvriers, là pour morigéner un ministre ou encore aux commandes d’un avion de chasse quand ce n’était pas, récemment, d’un camion parcourant le tout nouveau pont qui relie la Crimée à la mère-patrie... Et pour que cet équilibre finalement fragile se maintienne, il fallait qu’aucun choc extérieur ne vienne l’ébranler et que celui qui incarne le régime ne soit pas contesté, sinon de façon circonscrite. Or c’est précisément cela qui est remis en cause.

Quand frappe la crise mondiale

Le 20 février, Poutine s’est targué d’avoir apuré la dette extérieure de l’État russe. Même s’il dit vrai, il n’en reste pas moins que son État court après l’argent. Il y a bien sûr là l’effet de cinq ans de sanctions occidentales à la suite de l’annexion par Moscou de la Crimée en 2014. Outre qu’elles ciblent des officiels de haut rang et de richissimes bureaucrates, ces sanctions entravent de plus en plus les opérations financières et commerciales des sociétés russes à l’international. Mais, plus grave, il y a les contrecoups de la crise mondiale sur une Russie qui ne tient qu’une place marginale et subordonnée de fournisseur de matières premières dans les échanges économiques internationaux.

On en a un aperçu chiffré avec les données sur les investissements directs étrangers en Russie, un indicateur censé mesurer les flux entrants de capitaux destinés à l’industrie et aux grandes infrastructures. En 2017, ils se montaient à bien peu : 27,1 milliards de dollars ; en 2018, il n’y en avait pratiquement plus : 1,9 milliard. Et, pour des raisons diverses, mais souvent faute de débouchés, des usines, notamment de firmes étrangères dans l’automobile (Ford, PSA), ferment ou sont sur le point de le faire.

C’est dans ce contexte qu’il faut entendre la phrase lâchée par Poutine lors de son adresse annuelle : « Les hommes d’affaires honnêtes n’ont pas à devoir vivre sous la menace des articles du Code pénal. » Il s’agissait d’une critique des services de sécurité, dont Poutine est issu et sur lesquels il s’appuie, et de la justice. Ceux-ci viennent de jeter en prison le patron américain du fonds d’investissement Baring et son adjoint, sur requête de leurs partenaires russes disposant d’appuis au gouvernement, dans une affaire de gros sous et de montages offshore autour d’une banque de premier plan.

La parole présidentielle mettra-t-elle du baume au cœur des investisseurs étrangers en Russie alors qu’ils tendent à s’en détourner ? C’est à voir. Quant à obtenir des bureaucrates-affairistes qu’ils cessent de se comporter en prédateurs se sachant tout permis, c’est tout vu : autant demander du lait à un bouc.

L’affaire Baring est révélatrice des méthodes, pas seulement locales, du monde des affaires. Elle jette aussi un éclairage indirect sur la faiblesse de l’État russe dans les relations économiques mondiales. Dans sa propagande à destination de sa propre population, le Kremlin peut rouler des épaules en Syrie, poser en protecteur du Venezuela de Maduro contre l’impérialisme américain, se rengorger d’avoir équipé en avions, hélicoptères et missiles made in Russia à la fois l’armée du Pakistan et celle de l’Inde, prêtes à en découdre au Cachemire : dans la guerre économique mondiale, la Russie ne fait pas le poids.

Elle a beau occuper le premier rang des producteurs d’hydrocarbures, ce n’est pas elle qui en fixe les cours, mais les marchés : autrement dit, les très grosses sociétés des États impérialistes. Et elle a encore moins prise sur la demande de pétrole et de gaz, qui dépend de l’état de l’économie des grandes puissances, de la crise mondiale et de la spéculation. Alors, les revenus de l’État russe, qui dépendent à 80 % de ses exportations de matières premières, se réduisent depuis des années ; le rouble ne cesse de se déprécier face aux devises (dollar, voire euro) qui dominent les échanges internationaux, ce dont la population russe fait les frais, par un renchérissement des produits importés et par une contraction continue des dépenses publiques.

C’est dans ce cadre que la direction politique de la bureaucratie, à l’unisson avec le patronat petit ou grand, public ou privé, multiplie ses attaques contre le niveau de vie des classes populaires. Les uns et les autres reportent sur les travailleurs, et plus largement les classes populaires, tout le poids de la crise et de ses conséquences, avec pour seul objectif de maintenir, et si possible accroître leurs revenus.

Pendant des années, Poutine s’était gardé de s’en prendre frontalement à la classe ouvrière. Il laissait la foule des bureaucrates s’engraisser, entre autres, de l’exploitation de millions de travailleurs, mais n’hésitait pas à intervenir, de temps à autre, pour sembler les défendre dans telle ou telle situation dont l’opinion aurait pu s’émouvoir, voire qui aurait pu prendre un tour explosif.

Avec l’exacerbation de la crise mondiale, la fuite incessante des capitaux issus des richesses produites par les travailleurs de Russie, ainsi que la quasi-disparition des investissements occidentaux en Russie, les sommets dirigeants de la bureaucratie ont fait leur choix : celui d’intensifier sous toutes ses formes l’exploitation des travailleurs, afin d’assurer à la caste des parasites au pouvoir ce qu’elle exige, le maintien et l’accroissement de ses revenus.

Un mécontentement qui s’exprime

C’est à cela d’abord qu’il faut attribuer la prétendue réforme des retraites, une attaque délibérée des futurs retraités qui, pour ce qui est des hommes, seront souvent forcés de travailler jusqu’à leur mort. Il ne faut donc pas s’étonner que cela ait provoqué l’indignation des classes populaires et, l’été dernier, un mouvement qui a mis sur la place publique le rejet de la politique antiouvrière du pouvoir. Ce rejet est très largement partagé, bien plus en tout cas que ne l’aurait laissé penser le fait que seules quelques dizaines de milliers de personnes sont venues l’exprimer dans les rassemblements et dans les rues, et cela malgré le Mondial de football qu’organisait le Kremlin et dont il entendait tirer un profit politique, malgré l’interdiction de manifester dans les centres-villes et malgré les congés d’été.

Cette contestation ouverte a beau s’être étiolée au fil des semaines, puis avoir cessé faute de perspectives, la cote du pouvoir ne s’est pas redressée pour autant. Qui plus est, la fonction de paratonnerre dévolue au Premier ministre – Poutine restant dans l’ombre avait poussé Medvedev sur le devant de la scène pour qu’il concentre sur lui l’impopularité d’avoir annoncé la réforme des retraites – ne suffit plus à détourner totalement la foudre populaire du président. Il a été hué dans des manifestations de l’été et il a de plus de plus de mal à convaincre dans la posture qui lui avait réussi jusqu’alors : celle du tsar à l’écoute du peuple.

Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que les milieux du pouvoir se demandent, et des médias s’en font l’écho, quelle solution serait la plus à même de garantir leurs privilèges et sources de revenus si le Kremlin ne parvenait pas à empêcher qu’un certain mécontentement s’exprime.

Car il continue de s’exprimer contre un pouvoir qui empoisonne littéralement la population, comme dans le Grand Moscou où elle reste mobilisée, depuis des mois, contre l’incurie des autorités locales et centrales, qui ont laissé se créer de gigantesques décharges à ciel ouvert où s’accumulent les déchets de tous ordres, sans tri ni recyclage, et sans aucun respect de quelque norme sanitaire que ce soit. Quand la population d’un endroit donné réagit avec force, par exemple en coupant les voies de circulation, le pouvoir finit par bouger. Ou plutôt, il déplace la source de nuisance dans un lieu jusqu’alors épargné, ce qui y recrée un terrain de confrontation avec les autorités.

Il y a aussi des grèves pour des augmentations de salaire, même dans les mines d’or du très lointain Kamtchatka ou dans celles de Sibérie centrale. Ce n’est pas étonnant car les prix ne cessent de croître, y compris ceux des denrées de base de l’alimentation populaire : lait, pain, œufs, céréales.

Ces grèves pour une hausse de salaire restent encore rares. De plus, en général, elles n’obtiennent pas la satisfaction de leur principale revendication et les autorités aident les employeurs à se débarrasser des fortes têtes à l’origine du mouvement. Mais la nouveauté est que l’on ne voit plus seulement éclater des mouvements défensifs : pour récupérer des salaires impayés, ce qui provoque encore bien des grèves dans le bâtiment, la construction du métro, ou pour faire respecter des droits minimums, comme ces dernières semaines parmi le personnel de nettoyage et gardiennage des immeubles à Moscou, des travailleurs souvent venus du Tadjikistan ex-république soviétique qui, se trouvant sous la menace constante de la police qui les rackette quand elle ne les expulse pas en tant que sans-papiers, sont traités comme des parias.

Parmi d’autres exemples, il y a aussi le cas des salariés des maternités et hôpitaux qui doivent se défendre quand les autorités décident de fermer ces établissements, comme récemment à Moscou et à Kemerovo, au cœur du bassin minier de Sibérie, avec les mêmes faux arguments que dans d’autres pays, et dans le même but : faire des économies de fonctionnement et de personnel sur le dos de la population.

Un démagogue xénophobe et antiouvrier crée son « syndicat »

C’est dans ce contexte qu’en janvier, celui que les médias et dirigeants occidentaux encensent comme l’opposant no 1 à Poutine, Alexandre Navalny, a lancé son « syndicat ». Il l’a baptisé de son nom, en y ajoutant le sigle de l’association qui lui vaut une certaine popularité : FBK (la fondation pour la lutte contre la corruption).

Plusieurs fois emprisonné pour avoir appelé à des manifestations non autorisées ou interdites, il avait percé lors du mouvement de fin 2011-début 2012 contre le régime « des voleurs et des voyous » de Poutine. Interdit par l’arbitraire du Kremlin de participer à la présidentielle de 2018, cet avocat, homme d’affaires et blogueur célèbre pour ses vidéos ravageuses sur les avoirs cachés à l’étranger des membres en vue du premier cercle du pouvoir et sur les affaires de corruption dans lesquelles ils trempent, ne s’était jusqu’à présent guère préoccupé du sort des travailleurs. Ou alors pour le pire.

Ainsi lors des municipales à Moscou, où il concourait, il avait lancé une pétition nationale exigeant le renvoi des travailleurs originaires de républiques ex-soviétiques d’Asie et du Caucase, venus souvent sans permis de travail gagner l’équivalent de quelques centaines d’euros par mois en Russie, au prix de leur exploitation féroce sur les chantiers, les marchés, dans l’entretien des routes, des immeubles, dans le commerce, etc. C’était dans la ligne qu’affichait Navalny depuis des années, celle du nationaliste, du xénophobe qui paradait en tête de la Marche des fiertés russes, qui réunissait chaque année tout ce que le pays compte de nostalgique du tsarisme, de nationalistes et de membres de l’extrême droite.

Vers 2014, le Parti du progrès qu’il venait alors de créer ne se démarquait de celui de Poutine, Russie unie, dans aucun domaine tant soit peu social. Comme lui, il prônait le maintien du système dit de partenariat public-privé en matière de sécurité sociale. C’était logique, Navalny se tenait sur le terrain qu’il avait choisi en 2011 comme porte-parole des petits patrons et entrepreneurs manifestant place Balotnaïa à Moscou, où sous leur dénonciation des voleurs et des voyous s’exprimait l’aigreur des petits bourgeois de devoir céder la plus grande part du gâteau à la bureaucratie.

En 2018, juste avant d’être interdit de candidature au scrutin présidentiel, Navalny, dans son programme, se bornait à réclamer un doublement des dépenses publiques de santé. Un point c’est tout. En revanche, il ne se faisait pas faute de réclamer, et aujourd’hui encore, « le renforcement du droit de propriété ».

Alors, qu’est-ce qui a pu l’amener à s’intéresser aux syndicats ? Sans doute d’avoir vu certains d’entre eux jouer un rôle dans la mobilisation initiale contre le gouvernement l’été dernier, tandis que lui-même en était réduit à courir derrière. Et puis, le mécontentement social persiste contre le pouvoir, et il voudrait en tirer profit.

Ses partisans, qui font la tournée des grandes villes pour promouvoir son projet, insistent sur le fait qu’il s’adresse aux budgetniki, les salariés du secteur public. C’est un signe que Navalny envoie à la petite et moyenne bourgeoisie : il n’a nulle intention de la gêner en organisant un syndicat dans leurs entreprises. Ensuite, en disant qu’il se fixe l’objectif d’obliger Poutine à tenir ses promesses des « décrets de mai » 2012 et 2018, qui prévoyaient d’aligner la paie des budgetniki sur le salaire moyen de chaque région, Navalny désigne ce président comme le principal ennemi des travailleurs, tandis que lui serait à leurs côtés. Car il ne s’embarrasse pas de fausses barbes syndicales pour faire de la politique.

Sur ce terrain, il compte obtenir un large soutien parmi des salariés du public, déçus qu’ils sont et par les syndicats largement majoritaires de la FNPR, inféodée au régime, et par ceux de la KTR qui, bien qu’elle se veuille indépendante du pouvoir, a peu d’écho parmi les travailleurs. Pour les mêmes raisons, il n’est pas impossible que le « syndicat Navalny » voie des travailleurs du privé tourner leurs yeux vers lui. En tout cas, son initiateur déclare qu’il faut s’unir, qu’il faut unir les syndicats avec lui, en fait derrière lui.

Il est bien sûr inquiétant de voir un démagogue nationaliste, xénophobe, partisan du marché et du capitalisme, vouloir jouer du mécontentement des salariés. Et il ne l’est pas moins d’entendre des milieux dits progressistes ou des syndicats dits radicaux envisager de collaborer avec cet individu, au prétexte qu’il se tournerait vers la gauche et en arguant d’une nécessaire unité contre Poutine. Une telle unité se ferait derrière un ennemi politique de la classe ouvrière, comme on en voit émerger et même s’établir au pouvoir dans un nombre croissant de pays.

En Russie, la crise frappe les classes populaires et laborieuses. Le drame est que, pour tenter de se défendre, elles devraient choisir entre un chef de la bureaucratie à l’image écornée et des démagogues du genre de Navalny. Oui, la classe ouvrière russe, comme d’autres, tarde à prendre conscience de la situation et de ses enjeux réels.

Mais les choses pourraient changer. Il existe en Russie des militants, des groupes qui se revendiquent encore peu ou prou des riches traditions du mouvement ouvrier, des idées socialistes, parfois communistes, voire trotskystes de défense des intérêts politiques de la classe ouvrière, qui pourraient, et devraient, lui transmettre ce capital. En tout cas, ce serait la meilleure chose qui puisse arriver, plutôt que de laisser un aventurier nationaliste et antiouvrier à la Navalny se prévaloir de représenter les travailleurs, y compris avec l’aval de certains à gauche ou dans les syndicats.

7 mars 2019