Législatives : les résultats de Lutte ouvrière, du NPA et du PCF

Les résultats de Lutte ouvrière

Lutte ouvrière présentait des candidats dans 553 circonscriptions, dont 539 circonscriptions de métropole, 6 dans l’île de La Réunion, et 8 en Guadeloupe et en Martinique, où nous nous présentions en commun avec Combat ouvrier.

Nous totalisons 159 470 voix, soit 0,72 % des suffrages qui se sont exprimés dans ces 553 circonscriptions. Ces résultats sont modestes, mais en légère hausse par rapport à ceux des élections législatives de 2 012, où nous avions obtenu 126 522 voix (0,50 % des suffrages exprimés dans 552 circonscriptions). Aux élections européennes de mai 2 014, nous avions obtenu 213 633 voix, soit 1,14 % ; et aux régionales de décembre 2015, 320 054 voix (1,5 %) dans les 13 régions où nous nous présentions. Enfin, à l’élection présidentielle du 23 avril 2017, Nathalie Arthaud avait obtenu 232 384 voix (0,64 %). Aux législatives, l’abstention a atteint le niveau record de 51,2 % au niveau national au premier tour, et des taux encore plus élevés dans les communes et les quartiers populaires, avec plus de 70 % à Aubervilliers, Bobigny ou Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis).

Nous obtenons au moins 1 % des voix dans 83 circonscriptions, ce qui nous donnera droit au financement public des partis. Toutes choses étant égales par ailleurs, nos candidats obtiennent leurs meilleurs résultats dans les circonscriptions les plus ouvrières du pays, en particulier dans le Nord, le Pas-de-Calais, la Seine-Maritime ou la Seine-Saint-Denis. Nous obtenons 1,74 % à Vaulx-en-Velin et 1,61 % à Vénissieux (Rhône), 2,20 % à Oissel et 2,12 % à Petit-Quevilly (Seine-Maritime), 1,85 % à Ribécourt (Oise) ou encore 2,66 % à Pantin-Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), où se présentait Nathalie Arthaud. Dans plusieurs circonscriptions de La Réunion, de Martinique et de Guadeloupe, nous dépassons les 1,5 % voire les 2 %. Nos lecteurs trouveront sur le site Internet de Lutte ouvrière le détail de nos résultats, circonscription par circonscription.

Les résultats de l’extrême gauche et du PCF

Le NPA était présent dans 27 circonscriptions, contre 366 circonscriptions en 2012. Dans les autres circonscriptions, en dépit d’une consigne nationale de voter pour les candidats de Lutte ouvrière là où il ne se présentait pas, les militants du NPA ont donné des consignes de vote très variables : pour le PCF, pour la France insoumise, pour Lutte ouvrière, pour « la gauche hors PS », ou encore pas de consigne de vote (voir dans ce même numéro l’article « Le NPA à la recherche d’une politique »). Le NPA, qui n’avait donc pas de campagne nationale, fait des scores modestes : il totalise 5 460 voix, soit 0,53 % dans les 27 circonscriptions où il était présent. Le POID présentait aussi 63 candidats, qui totalisent 8 382 voix (0,37 % des exprimés dans ces circonscriptions) ; tandis que le POI ne présentait aucun candidat et soutenait pour sa part la France insoumise.

Au total, le ministère de l’Intérieur a recensé quelque 650 candidats d’extrême gauche. Même si le périmètre de cette nuance politique est sujet à caution, les résultats correspondants sont une indication.

Ces chiffres montrent que, si notre courant résiste, la tendance générale est celle d’un recul de l’extrême gauche, par le nombre de candidats qu’elle présente et par le nombre de voix qu’elle recueille.

Quant au PCF, il ne totalise aux législatives de 2017 que 615 487 voix (2,72 %). Même si, grâce à quelques bastions et à de bons reports de voix, il sauve les meubles avec onze députés, il réalise sans doute en voix le score le plus bas de son histoire à des élections législatives. Ses résultats ont pâti de la présence de la France insoumise de Mélenchon, en concurrence avec le PCF et qui réalise ses meilleurs scores dans des mairies communistes et dans des territoires où le PCF obtient traditionnellement de bons résultats. Le PCF ne peut s’en prendre qu’à lui-même, car il a soutenu l’ancien sénateur PS à deux élections présidentielles successives, en 2012 et 2017, concourant ainsi à la dynamique de la France insoumise.

La comparaison des résultats du PCF avec ceux des législatives de 2012 est difficile, car il se présentait alors dans une alliance avec le Parti de gauche de Mélenchon, au sein du Front de gauche (1 793 192 voix, soit 6,91 %). Mais aux législatives de 2007, dans la foulée du mauvais score de Marie-George Buffet à la présidentielle (1,93 %), le PCF obtenait encore 1,15 million de voix. Et le déclin par rapport à la décennie précédente est encore plus net. Le PCF paye ainsi sa stratégie d’union avec la gauche parlementaire et, ces dernières années, de soumission à Mélenchon.

* * *

Après la candidature de Nathalie Arthaud à l’élection présidentielle, l’objectif de Lutte ouvrière était, en se présentant largement aux élections législatives, de faire campagne pour un programme, autant que de toucher des électeurs et de mesurer une influence. Porter leurs idées auprès des classes populaires, y compris lors des échéances électorales, fait partie des tâches des révolutionnaires. Le fait d’être présent dans 553 circonscriptions était déjà, à notre échelle, une réussite. Dans une situation marquée par l’abstention des classes populaires, par le succès des candidats pro-Macron, et par le recul de l’extrême gauche et du PCF, nos résultats, s’ils sont bien sûr insuffisants, témoignent de la permanence du courant communiste révolutionnaire.

19 juin 2017